Interview de AS Dragon

Difficile d?ignorer AS Dragon ce mois-ci. Presse, fanzines, radios et même la couverture de Rock?n?Folk (première fois qu?un groupe indé français trône sur cette page), concerts promo… La sortie de « Va chercher la police » profite d?un écho médiatique conséquent. Les concerts qui ont suivi la sortie de « Spanked » avaient révélé le groupe mené par la survoltée Natacha. Alors, forcément, le deuxième album était très attendu. Surprise à la première écoute, le style a changé. Le rock vitaminé a cédé la place à une pop french touch, lorgnant sur les années 80. Mickael, l?organiste de la bande s’explique.

Quelques semaines après la sortie de « Va chercher la police », que pouvez-vous nous dire sur son accueil par la presse et le public ?
L?accueil est très bon, les critiques sont très bonnes en règle générale, nous sommes restés fidèles à nous même malgré quelques risques de nouvelles directions.

« Va chercher la police » sonne plutôt pop, avec des relents des années 80. Comment est né cet album ? D?où vous est venue l?inspiration ?
On a voulu franchir un cap, élaguer et clarifier le plus possible, cet album est plutôt construit de lignes pures, certes toujours aussi intenses que sur le premier album, ce qui tend à le rendre 80?s comme on nous le dit souvent. Mais on ne s?est pas levés un matin en nous disant « tiens on va faire du 80’s aujourd?hui », non c?était plutôt dans un soucis de trouver notre identité et de trouver notre propre son, ce qu?on avait peut être pas totalement réussi à faire sur le premier album.

Le chant de Natacha est plus calme et plus posé que dans vos précédentes productions. C?est le chant en français qui impose ce changement de ton ?
Pas seulement, l?exercice du français est plutôt hardi. C?était dans la même direction de construction de notre identité, on s?était rendu compte qu?à chaque fois qu?on nous demandait d?adapter des chansons en Français, le résultat était plus que satisfaisant.

D?ailleurs, pourquoi ce changement radical français / anglais ?
Pour les mêmes raisons? c?est toujours le hasard qui fait bien les choses, la preuve on a rencontré Natacha par hasard.

Par rapport à « Spanked », comment le groupe a-t-il abordé l’écriture de cet album ?
Avec tout simplement plus de temps et de recul, on ne s?est pas arrêté de tourner pour écrire. On a utilisé nos lives comme labo d?essai, chacun écrit des morceaux et les livre en pâture au groupe, les titres de « Va chercher la police » sont nés de cette manière de concerts en concerts.

Vous jouiez déjà plusieurs titres qui sont sur l’album en concert l’an passé. Comment ont évolué ces titres ? Sont-ils tous sur l’album ?
Oui, peut être sauf un. On a affiné ces titres avec le public, ils sont ce qu?ils sont grâce à la tournée de l?an dernier.

Est ce Alf qui a influencé le son si soigné de l’album ou était ce votre souhait initial ?
On a choisi Alf, parce qu?on allait faire toutes les découvertes ensemble, c?est quasiment son premier album rock. Il vient plutôt de l?électro french touch, on a mélangé toutes ces cultures et non pas utilisé des recettes toutes faites avec un producteur rock, c?est ce qui donne cette singularité et cette modernité au projet.

Vous êtes ce mois-ci en couverture de Rock?n?Folk. C?est la première fois que ce magazine plutôt conservateur met en avant un groupe indé français. Comment interprétez-vous cela ?
Je pense que par notre sincérité nous méritons cette couverture, peut être sommes nous « les vrais rockers français ».

Votre sentiment sur le fameux ?Nouveau rock français? ?
Je parlais de sincérité, si tout ça n?est pas qu?un effet de mode, mais un vrai moyen d?expression musicale en essayant d?innover alors ce nouveau rock français m?intéresse, je ne pense pas que nous soyons en face d?un nouveau courant French touch lié au revival rock ou alors je n?espère pas.

Vous tournez beaucoup mais exclusivement en France. L’étranger vous fait peur ?
Non, on a joué au Liban, New York, Suisse, Belgique et j?en passe, je n?ai pas l?impression qu?on ait peur.

Un album live en prévision ?
On espère, c?est ce qui pourrait venir achever tous ces efforts.

La notoriété du groupe tient beaucoup à la présence de Natacha. Ca se ressent aussi de plus en plus sur scène. C?était d?ailleurs un peu la même chose avec Burgalat?. C?est une volonté d?avoir une personne mise en avant ?
Malheureusement ou heureusement, c?est un peu obligatoire. Les musiciens qui chantent, c?est possible on l?a déjà fait, mais tellement moins esthétique.

Vos concerts sont toujours très dynamiques et excitants. Quelle est la part d’imprévu sur scène ?
L? humeur de Natacha, on découvre avec le public à quelle sauce on sera mangés.

Vos projets après la promo de « Va chercher la police » ?
Continuer à faire tourner notre entreprise.

Chroniqueur
  • Date de l'interview 423 vues
  • Tags AS Dragon
  • Partagez cet article