Interview de Justine DX

Entretien, via internet, avec trois des quatre musiciens de Justine DX (Pat-batterie, Bertrand-guitare, chant, Fred-basse). Seul Frederic Segura (synthé, guitare), le nouveau musicien fraîchement arrivé dans le groupe, manquait à l’appel.

D’où vient ce nom étrange « Justine DX » ?
« Justine » parce que le prénom sonne aussi bien en francais qu’en anglais, « deluxe » pour les paillettes.

Quelles sont vos influences ?
Pat : Placebo, Catpower et PJ Harvey.
Bertrand: Velvet Underground, The Stooges, Pavement.
Fred: Sonic Youth, Yo La Tengo et Daisy Chainsaw.
Pour Fredo Segu, on ne peut pas le dire, il n’est pas là.

Parmi ces influences, quelles sont celles qui se ressentent le plus dans la musique de Justine DX ?
On n’a pas de ligne de conduite, on aime ces groupes mais bon, on a notre propre identité musicale, du moins on le pense. On ne se dit pas : « tiens on va faire un morceau a là Sonic youth » par exemple. Peut-être Pavement… On aime bien le coté bancal de leur musique, cette impression que tout va se casser la gueule. Mais on n’écoute pas non plus que de la pop, on n’est pas barré dans le style.
Pat : J’ecoute pas mal de trip-hop et de trucs bourrins.
Fred : J’ecoute essentiellement du rock, mais pour moi, ce n’est pas une musique propre, c’est ce que j’aime dans les groupes que j’ai cités, dans la musique que nous faisons et le son que nous cherchons.

Vous utilisez sur « Rent Me Tonight » un kazoo. Est-ce que vous comptez utiliser d’autres instruments « décalés » à l’avenir ?
On aime bien tout ce qui sonne, on ne se donne pas de limites dans ce domaine. On pourrait utiliser aussi bien un xylophone, un theremin, des jouets, des maracas, des samples, etc. Il y a beaucoup de personnes qui pensent que le rock est mort, nous pensons qu’en utilisant de nouveaux types d’instruments, on peut enrichir cette musique.

Un seul titre d’astroboy est chanté en français. Est-ce que vous souhaitez développer le chant en français à l’avenir, ou bien comptez-vous continuer à privilégier l’anglais ?
C’est Fred qui compose en francais, mais à savoir si nous allons privilégier le francais ou l’anglais n’est pas notre soucis, car nous faisons tout au jour le jour. Un morceau pourra aussi bien sonner en français qu’en anglais en tout cas, même si l’approche du texte en francais demande beaucoup plus d’exigences de notre part, et c’est pour cela que les textes en français sont rares.

Quel est le processus de composition dans le groupe ?
Il y a deux possibilités de compos. La première, c’est l’impro en répétition comme pour « Astroboy » ou « Buffy ». Ca part de deux notes qui tournent et la magie se réalise en deux minutes. La deuxième, c’est lorsqu’un membre apporte une idée, ou un morceau.

Qu’à apporté le nouveau membre Frederic Segura ?
Fredo Segu joue du synthé analogique, et de la guitare, il a une formation du musicien, c’est le seul du groupe qui sait ce qu’est un Do dieze par exemple. Il a sa propre vision de la musique, il apporte des touches tres personelles sur les morceaux. Il a des idées de morceaux sur lesquelles on travaille aussi. C’est comme si c’était un featuring, on ajoute du Fredo Segu dans Justine DX.

Passons maintenant les six titres de votre première démo en revue : « Electric »
Ce morceau a été écrit par Patrick pour la musique et les paroles sont de Bertrand.
Bertrand : J’ai composé le texte mais je n’aime pas en parler une fois que j’ai fini d’écrire. Je peux juste dire que c’est à propos de la plus belle histoire d’amour.
Fredo Segu joue du synthé sur ce morceau. Le public a dailleurs, tout comme pour « Astroboy », eté trés réceptif à ces nouvelles versions. C’est un morceau où nous avons pris plaisir à destructurer les rythmes dans le break qui pourrait correspondre à des battements cardiaques, qui ralentissent et s’accelerent, comme lors d’une emotion forte, comme l’amour par exemple.

« Astroboy »
Astroboy est le résultat d’une improvisation en répétition. C’est parti de rien, de trois notes, ça s’est fait en 5 minutes.

Il y a un gros travail au niveau des voix sur ce titre.
Oui. Tu vas peut-être rigoler, mais on avait branché ce jour-là un pédalier d’effet guitare sur le micro de Bertrand. Et c’est arrivé comme ça.

On a l’impression qu’il y a deux chanteurs sur ce titre.
Bien vu, Fred fait quelques choeurs.
Pat : C’est mon morceau préféré, j’aimerais que tu puisses écouter les synthés sur ce morceau.

« Buffy »
A l’origine, c’était « I Love Buffy ». Mais on préfère l’appeler « Faith ». C’est parti aussi d’une impro. Il y a un break un peu garage et le synthé est devenu indispensable.

Comment est venu le texte de cette chanson ?
Bertrand et Fred était ensemble et parlait de Buffy. Ils en ont fait une chanson avec leur vision partie-cul-lière de Buffy. Le break de basse est censé évoqué Scoobidoo (rires). C’est vrai !

« Wanna Die »
Pat : C’est moi qui ai écrit ce morceau et Bertrand l’interprète. Fredo Segura a ajouté une seconde guitare.

Les textes semblent plus graves que sur les autres titres.
Pat : Les paroles datent d’une sale époque de ma vie. Mais, bon, ça va mieux.
Fred : Alors on va l’appeler « I Wanna Fly » (rires).
Pat : Ce n’est pas vrai. Non, mais c’est vrai que les textes parlent d’un sujet un peu dur. Ca parle de suicide…

« Rent Me Tonight »
C’est un morceau écrit par Bertrand et Fred à propos d’un bar de Perpignan où, à l’époque, tous les groupes du coin se produisaient. Tu pouvais rencontrer là-bas les pires types du département. Le héros de « Rent Me Tonight » pourrait être l’un d’eux.

Justement, existe-t-il une scène pop/rock du côté de Perpignan ?
Elle est surtout ska et métal, comme partout dans le Sud, par ici du moins. Il y avait pas mal de groupes de rock, garage, pop il y a quatre ans.

Que sont devenus ces groupes ?
Il en reste deux. Les Beach Bitches, le meilleur groupe de garage du monde, et Mr. Bingo, le meilleur groupe punk-rock et également nos meilleurs copains musicaux du coin. C’est triste franchement, la scène rock est plutôt morte ici dans les Pyrénées-Orientales.

Enfin « Dix », seul titre en français de « Astroboy ».
« Dix » est un super morceau de Fred qu’on ne joue provisoirement plus.
Bertrand : C’est mon préféré.
Les paroles et la musique sont de Fred.

Pourquoi vous ne la jouez plus ?
On a du mal à trouver quelque chose pour Fredo Segu. Il se peut que ce titre reste comme ça. On continuera à le jouer.

Pouvez-vous apporter quelques éclaircissements sur le texte de « Dix » ?
Fred : C’est à propos de ma vision du monde adulte ou, du moins, comment il devrait être.

Avez-vous des contacts avec des labels ?
On n’a jamais rien envoyé de concret à des labels, à part des e-mails. On a une proposition d’un producteur local en ce moment mais nous préférerions trouver un label indépendant.

On peut en savoir un peu plus ?
Il s’agit de l’enregistrement d’un maxi qui sera destiné à la promotion auprès des labels. Il y aura sûrement quatre morceaux, dont trois nouveaux.

Avez-vous déjà fait le choix de ces morceaux ? Quels titres ont été sélectionnés ?
« Keeping On », « Hey Hey Hey », « Astroboy » et deux top-secrètes. On a choisi cinq titres en réalité, mais on hésite encore entre deux nouvelles, l’une en français et l’autre en anglais.
Fred : « Keeping On » est ma préférée.

Comparé aux six titres de « Astroboy », comment sont les nouvelles chansons ?
Electriques et rock’n’roll, avec des synthés sur « Astroboy » et « Hey Hey Hey ». C’est un style qui nous correspond davantage.

Chroniqueur
  • Date de l'interview 265 vues
  • Tags Justine DX
  • Partagez cet article