Interview de Lysistrata

Interview de Lysistrata

D'avoir à défendre ou pas on s'en fout (Notre EP), on a l'habitude des tournées. Tous les concerts ont la même importance.

D’abord bravo pour le set du Trabendo. Vous assurez !
Pouvez vous rapidement vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ? 
On est Lysistrata, on existe depuis 4 ans, on tourne vraiment depuis un peu de moins d’un an. On fait du zouk.
On a dû vous le dire des dizaines de fois, mais vous avez une maturité dingue. ça vous vient d’où ? ça fait longtemps que vous jouez ensemble ?
Ça fait 4 ans qu’on joue ensemble. On a chacun pris des cours mais on a surtout appris à force de jouer ensemble. Le fait d’écouter plein de musiques différentes et d’être curieux, ça aide aussi.
Vous avez gagné le prix Ricard Live SA 2017 et allez tourner tout l’été. Comment se prépare-t-on à affronter une telle série de dates quand on a un seul EP à défendre ?  
Effectivement on a un EP à défendre mais plein de morceaux en stock qu’on joue en live. D’avoir à défendre ou pas on s’en fout, on a l’habitude des tournées. Tous les concerts ont la même importance.
Lysistrata est un nom emprunt de révolution féministe, (NDLR pièce d’Aristophane où les femmes prônent une grève du sexe) et pourtant ça n’a pas l’air d’être le propos du groupe. Pourquoi l’avoir choisi ? 
Parce que c’est un nom de groupe qu’on a trouvé à la période du lycée et que l’important était – et est – de faire des dates. Mais le propos est super intéressant et on y est assez sensibles.
Vos titres ont des univers variés, on y entend du punk, du post-rock, mais pas uniquement. 
Quand vous jouez, on sent le besoin d’aller creuser le sillon à fond. On sent une énergie dingue et une envie d’aller explorer plusieurs pistes. Est ce le reflet de vos univers respectifs ? Chacun apporte sa touche à Lysistrata
Exactement, on vient d’univers variés. Ce qu’on écoute varie de semaine en semaine. Là on vient de découvrir Fews et Peter Kernel. On se met pas de barrières concernant le style dans nos compos. C’est pour ça que les morceaux ont des ambiances différentes.
D’ailleurs vous vous nourrissez de quoi musicalement ? 
On écoute beaucoup de musique des années 90. Fugazi, At The Drive In, Sonic Youth etc.. nous inspirent beaucoup. Mais aussi des groupes modernes comme The Sonics,  And So I Watch You From Afar, Maserati, Foals, GG Allin, Frustration, EZ3KIEL etc..
Le climat en France est un peu à l’angoisse avec ces élections, ça ne vous inspire pas une chanson un peu énervée et percutante ? Pour renouveler le genre ? 
Non. Pas du tout.
Chargée de relations extérieures
  • Date de l'interview 592 vues12 mai 2017
  • Tags Lysistrata
  • Remerciements Merci à Lysistrata et à Charles Provost chez HIM
  • Partagez cet article