Interview de SG Lewis

Interview de SG Lewis

C’est un temps vraiment inquiétant pour la musique en club, tous ces lieux sont fermés par des gens qui ne sont jamais sortis de leur vie.

Tout d’abord, comment ça va ?

Ça va très bien ! Je suis vraiment content d’être de retour à Paris !

 

Peux-tu te présenter, qui est SG Lewis ?

Je m’appelle SG Lewis, j’ai 22 ans, je fais de la musique électronique, et je suis signé chez PMR Records. Je viens de Reading en Angleterre, mais maintenant je vis à Londres.

 

Peux-tu nous expliquer le processus créatif de ta musique, comment travailles-tu ?

Je joue de beaucoup d’instruments différents donc je commence par jouer un peu de guitare ou de piano par exemple. En général je cherche des accords qui sont beaux, qui me touchent, et donc je pars de là pour construire le morceau autour de ça. Mais ce n’est pas du tout une routine, ça change tout le temps, parfois ça part avec le beat, parfois j’écris tout le morceau simplement au piano, etc…

 

Tu chantes très rarement sur tes morceaux n’est-ce pas ?

Oui c’est vrai, pendant très longtemps je ne chantais pas, mais pour le dernier EP que j’ai sorti je me suis lancé ! Sur le morceau qui s’appelle Meant To Be c’est bien ma voix ! C’était un petit challenge, c’était effrayant et marrant en même temps. Et puis finalement c’est trop cool d’être capable de produire un morceau et de chanter dessus.

 

J’ai un ami qui est amoureux de ton morceau Warm, et évidemment il n’est pas le seul, tu peux nous en dire un peu plus sur ce morceau ?

Warm est un peu un mystère parce que j’ai travaillé dessus avec une amie dont je n’ai pas le droit de dire le nom pour l’instant, mais ça va venir bientôt ! (rires) En fait c’est une voix féminine que j’ai transposée en voix plus grave. Peu de gens savent que c’est une fille qui chante ! On a écrit le morceau ensemble, on voulait parler d’une première grosse rupture amoureuse. Et donc on a enregistré la voix, j’ai produit le morceau, mais je me suis dit que je n’allais pas le sortir tel quel, donc j’ai essayé de modifier la voix, et là je me suis dit que ça sonnait bien donc je l’ai gardé comme ça et on l’a sorti !

 

Ce morceau a été utilisé par la célèbre marque de lingerie Victoria’s Secret pour une de leurs pubs, ça t’a fait quoi ?

(rires) Ça m’a fait ma journée quand j’ai appris ça ! Et puis évidemment ensuite j’ai bien regardé, et re-regardé la vidéo pour être sûr qu’elle était bien, qu’il n’y avait pas de défaut. (rires) Et évidemment je leur ai proposé de venir jouer pour un de leurs défilés !

 

Qui t’inspire le plus quand tu composes ?

J’adore James Blake, et Bon Iver par exemple, et le dernier Frank Ocean évidemment. J’écoute aussi énormément tous les vieux albums discos !

 

C’est l’occasion de faire une petite playlist ! Pour commencer, est-ce qu’il y a un morceau que tu écoutes depuis très longtemps, mais que tu prends toujours autant de plaisir à écouter ?

Notorious B.I.G – Sky is the Limit ! Un grand classique West Coast que j’aime toujours autant !

 

Un morceau que tu as découvert récemment ?

Je dirai, Frank Ocean – Self Control, je pense que c’est mon morceau préféré dans son dernier album.

 

Quel est le morceau que tu préfères jouer en live ?

Je pense que c’est All Night, parce que c’est très funky donc c’est forcément très cool à jouer !

 

Sur ce morceau c’est Dornik qui chante, comment s’est passée votre rencontre ?

Il joue dans le même studio que moi, donc un jour je suis allé le chercher et je l’ai fortement incité à venir chanter pour moi. (rires)

 

Un morceau que tu écoutes en cachette parce que c’est un peu honteux ?

J’essaye de n’avoir honte d’aucune des musiques que j’écoute… Oh si, Ariana Grande – Into You, mon Dieu ce morceau est dingue ! (rires)

 

Le club londonien “Fabric” a été fermé récemment, Soundcloud est en danger, ça fait peur non ?

Oui c’est un temps vraiment inquiétant pour la musique de club. Tous ces lieux sont fermés par des gens qui ne sont jamais allés dans des clubs de leur vie. Ils ne peuvent pas comprendre que ce n’est pas juste un lieu où les gens viennent pour prendre de la drogue ! C’est une partie très importante de la culture européenne et anglaise. Donc oui, tout cela menace notre culture parce que ces clubs sont un projecteur pour de nombreux artistes émergents.

 

Et par rapport à Soundcloud ? Par exemple pendant un moment on ne pouvait même plus écouter Warm ici en France !

C’est fou ! Moi j’ai la chance d’avoir aussi beaucoup de gens qui m’écoutent aussi sur Spotify, donc je peux garder le contact avec mon public. Parce que quand Soundcloud a commencé à réduire la possibilité d’écoute à seulement 30 secondes pour beaucoup de morceaux, les gens ont vraiment réduit leur nombre d’écoutes sur cette plateforme. Par exemple pour moi, avant tout ça j’avais des centaines de milliers d’écoutes par semaine et puis ce changement a tout détruit, c’est très triste !

 

J’ai vu que Spotify allait bientôt pouvoir accueillir des remixes non officiels, ça peut devenir une alternative.

Oui ça serait intéressant parce que Soundcloud a été très important pour toute la culture du remix, et qu’il ne faut pas que ça se perde. Ça permettait à des petits artistes de se lancer, c’est comme ça que j’ai commencé !

 

J’ai bientôt terminé, pour finir y’aurait-il une question que je ne t’ai pas posée, que personne ne te pose jamais, et que tu aimerais qu’on te pose ?

Je pense que ça serait: « quel est ton album de disco préféré ? »

 

Et donc quel est ton album de disco préféré ?

Ça doit être Gateway de Earth Wind & Fire, c’est génial.

 

Interview réalisée à Paris.

Chroniqueur
  • Date de l'interview 2 826 vues14 octobre 2016
  • Tags SG Lewis
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment