Interview de The Ex

Rencontre avec GW Sok (chant) et Andy Moore (guitare) de The Ex, après un bien beau concert au Dour Festival?
Le groupe nous parle de sa nouvelle bassiste, de sa manière de travailler, de l?Ethiopie?

Jul : Le groupe a pratiquement atteint ses 25 ans d?existence?qu?est ce que ca fait ?
GW Sok : Les choses n?ont pas réellement changé depuis le début?on écrit des chansons, on les joue en concert, et à un moment donné on peut être amenés à les enregistrer pour sortir un disque?pour ensuite en écrire de nouvelles, partir en tournée, etc.?
Andy Moore : Et à chaque fois que l?on fait ca on a l?impression de recommencer au début !

Jul : Vous changez donc toujours le set entier, vous ne jouez pas d?anciens morceaux ?
GW : Parfois ca nous arrive, quand on fait un nouveau set, on se dit qu?une de nos vieilles chansons pourrait lui apporter quelque chose?

Jul : Comment avez vous géré le départ de Luc (ndlr : leur ancien bassiste) ?
GW : Le moment le plus triste est évidemment celui ou il a choisi de suivre une autre voie. Luc a tout de même joué avec nous pendant 19 ans?on vit ca un peu comme un divorce. Mais s?il n?est pas heureux avec le cours que prennent les choses, si quatre membres veulent suivre une direction et que le cinquième veut en suivre une autre, c?est que les choses ne marchent plus?.il doit y avoir une séparation. Il faut alors chercher un nouveau membre et repartir sur de nouvelles bases.

Jul : Justement, comment avez vous été amenés à travailler avec Rozemarie ?
AM : Je l?avais déjà vue jouer à Amsterdam dans des formations classiques. A l?époque nous avions besoin d?un bassiste pour l?orchestre (ndlr : Ex Orkest). Je l?ai suggérée aux autres, et voilà comment nous nous sommes connus. C?est une expérience qui lui a beaucoup plu?.
GW : Elle voulait faire quelque chose d?un peu moins « classique », alors on lui a proposé de jouer avec nous.

Jul : Cela se passe bien jusqu?ici ?
GW : Oui ! J?espère qu?elle, de son cote, apprécie également?

Jul : Comme vous l?avez dit, vous fonctionnez pas mal à partir de « sets » de chansons, et à l?heure actuelle vous ne jouez que des nouveaux morceaux.
GW : On s?est dit qu?avec un nouveau membre il fallait mieux faire de nouveaux morceaux.
Jul : Avez vous essayé de réadapter les anciens morceaux avec elle ?
AM : On a essaye d?en réadapter quelques unes, mais ca ne sonnait pas très bien, du moins, on ne le sentait pas. Dans un sens ces morceaux sont liés à Luc.

Jul : Compte tenu de ce nouveau set on peut peut-être s?attendre à un nouvel album? ?
AM : Non (rires). On prévoit d?enregistrer en septembre à Chicago?nous partons tourner la bas, nous en profiterons pour passer deux ou trois jours avec Steve (Albini) pour enregistrer les chansons du set que nous avons joué aujourd?hui, plus quelques autres chansons.

Jul : Juste 2 jours !
AM : Il s?agira juste de l?enregistrement ! Le mix sera fait plus tard, et peut être qu?on fera quelque chose d?autre dans un autre studio à Amsterdam, en invitant quelques amis?on verra. Cela sortira certainement l?année prochaine? quoi qu?il en soit, dans un bout de temps ! On est assez longs à sortir des albums. Le set est prêt, pourtant?.mais on écrit un set pour le jouer en concert, pas pour faire un CD?
Jul : Peut être aurez vous un set complètement différent une fois que l’album sera sorti ?
AM : C?est généralement ce qui arrive ! On est toujours en retard à ce niveau?mais pour moi c?est normal : il nous faut faire des concerts pour développer nos morceaux, jusqu?à ce qu?on se sente bien avec les morceaux tels qu?ils sont. C?est le bon moment, ou on les joue très bien.. c?est le moment ou il faut les enregistrer. Et puis peu de temps après, généralement, on se dit « OK maintenant celles la on les a assez jouées », alors on fait un nouveau set, et le CD sort finalement?(rires) mais c?est quand même intéressant, souvent, quand nous jouons, les gens ne connaissent pas les morceaux. En fait je ne trouve pas très intéressant de jouer un set ou tout le monde connaît les morceaux?
Jul : En tous cas je commence personnellement à les connaître?
AM : C?est donc la un cas particulier !
Jul :?mais je dois reconnaître que l?interprétation des morceaux a évolué depuis le mois de février
AM : Ca c?était vraiment au début?et c?est pour ca qu?on enregistre pas tout de suite. Certains groupes enregistrent, puis partent jouer les morceaux en concert pour faire la promo du disque. Pour eux, faire des concerts, c?est faire la promo du disque?nous, on marche à l?envers d?un schéma comme celui la. On écrit des chansons pour les jouer en concert. Ensuite, c?est pratiquement une obligation de sortir un disque?et pour moi, ce n?est pas forcement le meilleur aspect, ou le plus intéressant de The Ex. Le mieux, c?est les concerts ! Ce n?est que mon opinion, cela dit?
GW : J?aime bien lorsque l?on fait un disque, mais c?est quelque chose de tout à fait diffèrent.

Jul : Comme je l?ai dit, je vous ai déjà vu un certain nombre de fois en concert, et à chaque fois la première partie?
AM : Tu as vu Konono ? ? (ndlr : Orchestre Tout Puissant Konono n°1 du Congo)
Jul : Oui !
AM : Ils sont fantastiques ! !
Jul : C?est le moins que l?on puisse dire ! Les artistes que l?on peut voir jouer avant vous, lors de vos concerts, sont à chaque fois très différents. Est ce vous qui choisissez ces groupes ? Est ce parce qu?ils vous influencent ?
GW : Souvent ce sont des groupes avec qui nous « sentons » la musique de la même manière?même si la musique semble différente, il y a une connexion. Je pense que le public peut aussi sentir cette connexion.
Jul : Il s?agit donc d?aller au delà des styles musicaux, en quelques sortes?
GW : Oui ! A partir de la on peut prendre un groupe qui joue de n?importe quoi?ils font leur truc, etc..
AM : C?est même plus intéressant d?avoir un groupe qui fait quelque chose de différent?.en effet si on vient voir un groupe qui joue plus ou moins comme nous, il y a un coté « première partie ». mais si le groupe a un style propre et se démarque vraiment de nous, on ne vient pas voir une « première partie », mais deux groupes en concert. Et à partir de la on ne peut plus comparer. Parfois on a aussi des performances solo pour nous accompagner, comme avec John Butcher, un saxophoniste anglais. Ce qu?il joue est très beau, très abstrait, avec des sonorités expérimentales. Il a tourné avec nous récemment, et jouait 20 minutes de saxophone solo, avant que l?on monte jouer notre set?c?est intéressant car la plupart des gens présents ne le connaissaient pas. C?est beaucoup plus intéressant que de jouer avec un groupe que les gens connaissent déjà?
En France nous avons tourné avec un poète sonore, Anne-James Chatton, c?était super ! C?est aussi plus pratique de n?avoir qu?une personne plutôt qu?un groupe, on peut l?emmener en tournée dans notre van?c?est une relation plus intime.

Jul : Vous considérez vous comme un groupe « punk » ? (rires) Quel que soit le sens du mot « punk »?
GW : En effet, ce dépend ce que le terme veut dire?l?esprit, lui, est toujours le même, faire les choses soi même, comme on l?entend, c?est important. Dans ce sens, oui?mais je ne me sens pas proche du punk de maintenant, ou de la musique que l?on appelle « punk ». Jouer dans un festival punk ne m?attire pas vraiment !

Jul : Et que pensez vous de ce que l?on appelle le punk a présent ?
AM : Ce n?est pas très intéressant !
GW : Le punk était intéressant au début, lorsque c?était quelque chose de nouveau. Même si ces groupes la jouaient maladroitement, au moins il cherchaient à faire quelque chose qui leur était propre. Maintenant le punk ce n?est qu?un style, comme le rock ou le funk ou autre?le punk s?est limité lui même en quelques sortes. Les groupes punk se limitent beaucoup?.il faut selon moi garder l?oreille ouverte à d?autres choses. J?aimais beaucoup les Ramones, ils étaient extrêmes, ils sont toujours restes fidèles à eux mêmes. Mais je ne sais pas si on a besoin de 100 groupes comme les Ramones?
AM : On n?a même pas besoin de 2 groupes comme ca?

Jul : Vous avez récemment tourné en Afrique?
AM : En Ethiopie?
Jul : Pourquoi avoir choisi de tourner la bas ? C?est très peu commun pour un groupe rock?comment cela s?est il passe ?
AM : C?était vraiment bien?le premier truc qui nous a poussé à aller la bas, c?est la musique Ethiopienne. On l?a découverte il y a peut être 10 ans, et c?est une musique que l?on aime beaucoup, et qui nous est très familière ! C?était très diffèrent de ce que j?écoutais, mais étrangement je m?en sentais très proche. J?avais l?impression de déjà connaître cette musique?ensuite, en 96 je crois, Terrie est parti en Afrique pour voyager. Il a terminé son séjour en Ethiopie, ou il a passe un mois?il a beaucoup apprécié. Lorsqu?il est revenu il nous a dit qu?il pensait pouvoir nous faire jouer la bas. Il lui a fallu quelques temps pour nous convaincre, on avait du mal à s?imaginer jouer dans un pays comme celui la. Mais son enthousiasme nous a finalement convaincus d?essayer.
GW : Nous avons également rencontré des éthiopiens à Amsterdam, qui nous ont aussi poussé dans cette direction?pour montrer aux éthiopiens ce que nous faisions, qu?un groupe comme nous pouvait aller jouer la bas.
Jul : Très peu de groupes vont jouer la bas?
AM : Aucun groupe n?y va ! !
Jul : Quelle fut la réaction des gens la bas ? C?était quelque chose de nouveau pour eux ?
AM : Ils étaient très amusés, curieux, fascines. C?était un spectacle si inhabituel?.nous avons également joue des chansons éthiopiennes. On a appris de vieilles chansons populaires éthiopiennes, c?était excellent, ca leur a beaucoup plu, on parlait leur langue, ils étaient surpris?.mais peut être croient ils que c?est comme ca que sonne la musique en hollande ?
Jul : Avez vous joué gratuitement ?
AM : Oui, on a fini par jouer gratuitement?on a essaye une fois de jouer dans une salle en faisant payer l?équivalent d?un euro, et seulement cinq personnes sont venues. Le lendemain on a décide de jouer gratuitement à l?extérieur?et on a joue devant trois mille personnes ! (rires) Alors on a oublié l?argent?on a eu un peu d?argent de Chumbawumba, avec qui nous sommes amis depuis pas mal de temps. Ils nous ont donne de l?argent pour acheter du matériel, et on a reçu des subventions d?associations pour le développement, en hollande, pour acheter du matériel qu?on laisserait sur place dans une école de musique?tout cela était très intéressant.

Jul : Un mot pour conclure ?
GW : Non ?

Jul
Chroniqueur
  • Date de l'interview 254 vues
  • Tags The Ex
  • Partagez cet article