des Inrockuptibles


Le Festival des Inrocks fête cette année ses 20 ans. Que de changements depuis 1988, où la Cigale était la seule salle du festival. Maintenant le festival s’étend sur 6 jours, trois autres salles (Boule Noire, Zénith, Olympia) et plusieurs villes (Lille, Nantes, Clermont-Ferrand, Strasbourg et Toulouse). Retour ce soir sur la troisième soirées à la Cigale […]

Le Festival des Inrocks fête cette année ses 20 ans. Que de changements depuis 1988, où la Cigale était la seule salle du festival. Maintenant le festival s’étend sur 6 jours, trois autres salles (Boule Noire, Zénith, Olympia) et plusieurs villes (Lille, Nantes, Clermont-Ferrand, Strasbourg et Toulouse). Retour ce soir sur la troisième soirées à la Cigale avec l’électro-rock hystérique des Anglais de The Go ! Team et la hype rageuse de The Gossip.

Les membres de The Go ! Team sont tous originaires de pays différents. Six membres (dont deux batteurs) jouant à la fois rock, électro, hip-hop et funk des années 70. La bande de Ian Parton sait tout faire, et surtout, elle sait mettre une ambiance de folie sans aucun effort. Depuis son premier album, l’excellent "Thunder, Lightning, Strike", le sextet de Brighton s’est forgé une solide réputation live et ce n’est pas ce soir qu’on va la contredire. Ninja, rappeuse survoltée, fait remuer la salle entière, et dès les premières notes, le nouveau single Grip Like A Vice déclenche les premier slams d’une longue liste. Fake ID, Titanic Vandalism ou encore Doing It Allright rendent le public extatique et euphorique. Mission plus qu’accomplie pour le groupe, le jeune public parisien est bouillant pour accueillir la reine de la soirée.

Hype, engagé, féministe : beaucoup de termes que l’on peut associer au groupe de la sulfureuse et talentueuse Beth Ditto, mais The Gossip c’est aussi et surtout un très bon groupe de rock. Une chanteuse ultra-charismatique, une voix transcendante, qui ne faiblit pas durant tout le concert, un guitariste loufoque et une batteuse carrée et toujours souriante. Ce qu’on retiendra surtout de ce concert c’est le nombre incroyable de personnes venant slammer ou monter sur scène sur Yr Mangled Hert, The Mold, Heavy, ou l‘énorme Listen Up. Beaucoup de jeunes filles viennent embrasser leur idole pour un souvenir immortalisé – autant de moments très attachants car Beth leur rendra à chaque fois leur baiser. Les vigiles sont constamment débordés et harassés par la horde des fans se multipliant sur scène tout au long du concert. On craint des débordements quand un d‘entre eux, excédé, jette très violemment un spectateur dans la fosse sous les huées et gestes du public. On arrive vers la fin du concert, Beth chantonne le début de la reprise de Tina Turner What’s Love Got To Do With It et enchaîne avec un anthologique Standing In The Way Of Control, chanson phare du dernier album. Le public explose littéralement, la Cigale est complètement retournée. En rappel on aura droit à une reprise de George Michael, Careless Whisper. Les Américains ont tout donné ce soir, la foule peut repartir heureuse après une soirée des plus impressionnantes.

Chroniqueur
  • Publication 85 vues10 novembre 2007
  • Tags
  • Partagez cet article