Dionysos @ Rock’Oise 2000 – 02 septembre 2000


Chronique d’un groupe culte annoncé. Arthur n’avait pas la forme. Arthur n’avait pas le moral. La solitude lui lacérait le ventre. Quand un ami vint lui proposer d’aller à un festival en plein air. « Viens ! Y aura plein de filles ! En plus y a Dionysos qui joue ! » Arthur ne connait pas vraiment […]

Chronique d’un groupe culte annoncé.
Arthur n’avait pas la forme. Arthur n’avait pas le moral. La solitude lui lacérait le ventre. Quand un ami vint lui proposer d’aller à un festival en plein air.
« Viens ! Y aura plein de filles ! En plus y a Dionysos qui joue ! »
Arthur ne connait pas vraiment ce groupe, excepté deux titres du dernier album Haïku. Il aime bien la chanson Coccinelle ; il la trouve marrante. Alors pourquoi pas ! Ca lui changera les idées.
« Ouais ! Okay ! Mais bon ! J’espère que Dionysos ne va pas me saouler ! »
Boutade. Edgar se vexe.
« Dis donc toi ! Etre malheureux, ça te rend con ! »
Arthur sait qu’être malheureux ça le rend con, mais à ce pauvre trait d’esprit c’est Edgar qui n’a rien compris. Et c’est un fait : il n’a pas inventé l’eau tiède. Enfin Arthur l’aime bien quand même ; c’est son pote.
Les membres du groupe Dionysos se préparent à jouer. Balance. Coup de balai. Cent pas. Puis dès les premières notes d’Electric Torch, l’enchantement remplace la nervosité. La joie de jouer sur scène et de la partager avec le public (malgré les barrières métalliques et les robots-vigiles) est là. L’osmose est là. Attention ! Pas une osmose sèche et tranquille mais électrique et enthousiaste.
Dionysos « ont » une énergie hors norme? Jeunesse sonique atypique. Ce sont des ingénieurs du son. Ils utilisent toutes les possibilités que leur offrent leurs instruments, leurs voix, leurs micros, leur téléphone. Leur musique est le fruit de leur cinq personnalités : végétations différentes qui s’accordent naturellement.
Dionysos est un groupe à sons mais aussi à textes. Originaux et surréalistes. Et si influence il y a, elle serait Timburtonnienne.
Dionysos, c’est le Petit Enfant Huître et Goldorak. Entre poésie et révolte. Le culte de Dionysos est de contribuer au développement de la tragédie musicale et de l’art lyrique.
Arthur, ce jour-là, n’a pas réussi à se faire une gonzesse mais il s’est trouvé cinq nouveaux potes qui sans le savoir lui ont remis du baume au coeur.
« Et Edgar ? » me demanderiez-vous. et bien lui, il ne s’est pas fait de nouveaux amis mais une fille. On ne peut pas tout avoir dans la vie…

NB : Dionysos est bien sûr un groupe à écouter mais surtout à voir.

Chroniqueur
  • Publication 209 vues2 septembre 2000
  • Tags Dionysos
  • Partagez cet article