Ghinzu @ Théâtre National (Festival des Libertés) – 23 octobre 2015


Après des années d'attente, Ghinzu revient plus affuté que jamais, enfin on l'espère ...

Ghinzu aime prendre son temps, 4 ans tout d’abord, 5 très longues années ensuite pour donner un successeur à l’immense « Blow » et déjà 6 ans depuis le plus mitigé « Mirror Mirror ». C’est donc avec excitation que nous recevons la nouvelle d’une série de quelques concerts en cette fin 2015 et l’espoir d’avoir un nouvel album dans la foulée. Après une date warm-up à l’Alhambra de Mons, un premier live à l’Atelier du Luxembourg le 22 et avant un Trianon à Paris le 25, c’est dans le cadre du Festival des Libertés à Bruxelles que Ghinzu fait son grand retour en Belgique, et ce pour 2 soirées archi sold-out.

Après une première partie assurée par le combo noise-punk Cocaine Piss, qui en a laissé plus d’un perplexe, c’est avec Face, un nouveau titre, que le groupe ouvre le concert. Premières impressions en rafales : même line-up, son moyen, un peu brouillon, belle tenue ‘boule à facettes et cuir’ de Greg et nouvelle chanson dans la continuité de l’album précédent. Après Cold Love, le second inédit Barbe Bleue voit John, aidé de Jean, partir dans les aigus pour ce qui sera la meilleure nouvelle piste de la soirée. Une fois la très Strokes Take It Easy envoyée, retour sur leur premier album avec Dragon. Place ensuite au premier grand moment de la soirée avec le meilleur titre du groupe The Dragster Wave enchaîné sur 21st Century Crooners. Même si l’on peste toujours un peu sur le son, mon dieu que c’est bon de retrouver ces titres en live. This Light calme l’atmosphère et avant la triplette Do You Read Me?, Mirror Mirror et Dream Maker, le groupe lâche son 3ème inédit Out Of Control. Chanson moyennement convaincante et qui tire des ficelles trop faciles même si elle réussira après moult tentatives à faire participer un public beaucoup plus chaud sur les anciens titres. Le set principal se termine sur le massacre de Mine, même si cette version live est bien connue suite à la tournée précédente, ici un pseudo effet Daft Punk fait son apparition sur la voix et les explosions instrumentales ressemblent plus à une cacophonie qu’autre chose. Dommage, mais pas dramatique. Premier rappel ouvert par le dernier inédit de la soirée, Forever, piste plus calme et planante dans la veine de ce que le groupe a l’habitude de faire une fois ou deux par album. Le diptyque Jet Sex/Cockpit Inferno met le feu à la salle avant le deuxième rappel et un Blow magistral en conclusion.

Avis général plus que positif, car même si le son et quelques imprécisions ont terni la soirée, ce n’est rien par rapport au plaisir de retrouver John et sa bande après autant de temps. Et puis soyons indulgents, ce n’était que la 3ème date après des années d’absence et le groupe reste une bête de scène. Par contre légère inquiétude quant au futur album, car au vu des 4 nouvelles chansons on se rapproche plus d’un Ghinzu 3.5 que 4.0! Mais celui ci n’est toujours pas annoncé et il se murmure qu’il ne faut pas l’attendre avant fin 2016 au mieux! D’ici là, ils ont clairement le temps de nous surprendre.

Chroniqueur
  • Publication 619 vues26 octobre 2015
  • Tags Ghinzu
  • Partagez cet article
Ghinzu @ Théâtre National (Festival des Libertés) - 23 octobre 2015