Hollywood Porn Stars @ La Boule Noire – 9 octobre 2007


Après un passage éclair à La Cigale l’an passé lors des Nuits Belges, on avait vraiment hâte d’entendre les nouveaux morceaux d’Hollywood Porn Stars dans les conditions du live et autant le dire tout de suite, on n’a pas été déçu. Les quatre de Liège ont eu la bonne idée de rapporter dans leur valises […]

Après un passage éclair à La Cigale l’an passé lors des Nuits Belges, on avait vraiment hâte d’entendre les nouveaux morceaux d’Hollywood Porn Stars dans les conditions du live et autant le dire tout de suite, on n’a pas été déçu. Les quatre de Liège ont eu la bonne idée de rapporter dans leur valises Mintzkov, groupe belge venu tout droit de Flandre et plutôt bonne surprise contre toute attente.

La soirée commence tôt (bien avant 20h) mais n’est pas pour autant placée sous le signe de la sagesse ou de la quiétude. Mintzkov (Photos n°1, 2 et 3) propose un rock énergique mais mélodieux qui captive immédiatement malgré son côté cliché. Certes, cela ressemble à un tas de groupes qu’on aime mais c’est bien ficelé et jouer leurs tubes en puissance dans des stades un jour prochain est tout le mal qu’on leur souhaite. En tout cas ils recueillent les applaudissements de la salle et l’on aperçoit même furtivement Redboy dans le public.

Pour le premier concert parisien (et français) de la tournée qui accompagne "Satellites", le nouvel album d’Hollywood Porn Stars (Photos n°4, 5, 6 et 7), on était en droit d’attendre le meilleur de ce groupe réputé pour ses prestations scéniques de haut vol et on n’est pas loin de l’avoir eu. D’entrée de jeu, Ben’s dead, qui permet aux membres de faire une entrée sur scène échelonnée sur fond de batterie saccadée, fait danser les premiers rangs. Puis c’est au tour d’Islands et d’Andy de s’enchaîner avec une rapidité et une aisance dignes des meilleurs professionnels. Au final c’est l’intégralité de "Satellites" à une exception près (Calling the Ghosts) qui sera jouée. On a le plaisir de voir que ces nouveaux morceaux rendent à merveille en concert, regorgeant d’une énergie rock n’roll qu’on n’aurait jamais soupçonnée. Anthony, qui chante sur la quasi totalité des chansons, a gagné en force et en maîtrise ; c’est à la perfection qu’il assume son rôle de meneur de troupe.

Bien évidemment les titres les plus anciens ne seront pas en  reste: Hollybody, Torpedo ou encore le toujours aussi superbe Starwest font leur effet sur la Boule Noire qui s’anime et feint le pogo l’espace d’un instant. Et on a droit à d’heureuses retrouvailles avec Betty, chanson extraite de leur tout premier EP. Mais c’est sur l’énigmatique et furieusement agressif There’s a God que se conclut le spectacle.

Forts de leur réputation de groupe de scène, les Hollywood Porn Stars ont confirmé tout le bien qu’on pensait d’eux et, loin de l’image un peu collante de "groupe belge", ils ont livré un très bon concert, se souciant peu de ce que l’on dira d’eux, vivant le moment présent et le transformant en une expérience marquante pour leur public.

Crédit photos: Robert Gil

Chroniqueur