House Of Wolves + Emily Jane White @ Maison Perrichet, Dijon – 27 Mars 2018


Un moment de grâce pour quelques chanceux.

Par définition, le concept de concert en appartement donne le sentiment de faire partie des happy few, mais c’était spécialement vrai ce mardi. L’association Sabotage, qui s’échine à faire exister la musique indé à Dijon avec une constance exemplaire, nous avait donné rendez-vous ce mardi soir dans un de ces superbes hôtels particuliers du centre-ville qui font la fierté et le charme secret de la cité des ducs, appelé la maison Perrichet,  du nom de ses propriétaires, qui reçoivent sans façons dans leur salon pour faire vivre la culture. Qu’ils en soient remerciés maintes fois ! Rey Villalobos, alias House Of Wolves, et Emily Jane White, nous ont offert un de ces moments qui restent durablement gravés dans les esprits. Ces deux-la s’étaient croisés à Los Angeles il y a deux ans et, depuis, nourrissaient le projet de produire un “Split EP”, concept à la mode depuis quelques années. Le projet ayant abouti, ils prolongent l’expérience en tournant ensemble.

Une fois tout le monde installé, House Of Wolves prend place le premier devant l’assistance et, dès les premières notes de sa guitare éléctro-acoustique et les premières mesures de sa voix androgyne, chaude, caressante et envoûtante, on bascule dans une autre dimension. Le volume sonore est parfait, la proximité avec l’artiste permet de profiter de chaque souffle, chaque petit trémolo. Dire que Rey Villalobos habite son americana à mi-chemin entre Mazzy star et Red House painters est un euphémisme. Après cette première partie du set et quelques mots des hôtes du soir, Emily Jane White lui succède et le charme ne retombe pas. Frange impeccable, robe toute simple, l’Américaine, armée d’une superbe Gretsch, navigue avec aisance dans son répertoire folk classieux, ne fait jamais une note de trop, joue de sa voix tour à tour cristalline ou plus profonde, remercie l’assistance d’être aussi attentive (mais comment aurait-il pu en être autrement ?), propose qu’on lui suggère des titres et se met au piano pour interpréter le très beau Wild Tigers I Have Known qu’on lui a demandé.

Enfin, pour finir en beauté, Rey Villalobos rejoint Emily pour interpréter ce fameux “Split Ep” après avoir expliqué la démarche. Et, une fois encore, que ce soit lui qui chante et elle qui se mette au piano, que leurs voix se mêlent parfois, que House Of Wolves chante sur un titre signé Emily Jane White ou l’inverse, on ne redescend pas. Le rappel se fait sur le bouleversant Two Shots To The Head (titre d’Emily Jane White), et on en aurait bien repris pour un peu plus. A l’issue du concert, Rey Villalobos prendra le temps de faire le tour de l’assistance pour serrer la main à chacun des spectateurs et les remercier de leur présence (alors que c’était bien Emily et lui qui étaient à remercier pour le moment qu’ils venaient de nous offrir), geste rare et bien à l’image de cette soirée : d’exception.

Pour en savoir plus sur les événements Sabotage, rejoignez leur groupe sur Facebook: https://www.facebook.com/groups/29316194354/

Rédacteur en chef
House Of Wolves + Emily Jane White @ Maison Perrichet, Dijon - 27 Mars 2018