Landscape :: Paris [Café de la Danse] :: 06 avril 2007


Pour la seule et unique fois de leur tournée, Landscape promettait en ce 6 avril d’évoluer dans la formation qui avait officiée lors de l’enregistrement de leur second album "With a Little Help From my Friends". Le Café de la Danse était donc le lieu propice pour assister aux lentes mélopées distillées par le groupe […]

Pour la seule et unique fois de leur tournée, Landscape promettait en ce 6 avril d’évoluer dans la formation qui avait officiée lors de l’enregistrement de leur second album "With a Little Help From my Friends". Le Café de la Danse était donc le lieu propice pour assister aux lentes mélopées distillées par le groupe de Guillaume de Chirac.
 
La première partie était assurée par Carp, autre rejeton de l’excellent label Square Dogs. En un peu plus d’une demi-heure le groupe de Benoît Guivarch a su démontrer l’étendue de son talent, berçant le public de ballades mélancoliques aux accents post-rock. Une belle entrée en matière.
 
Après un rapide intermède Guillaume de Chirac entre en scène et vient se placer derrière un clavier, son instrument de prédilection. Comme promis on retrouve sur scène les cuivres (deux trombones et une trompette) et les cordes (violon et violoncelle) présents sur le dernier opus en date. Après une petite intro, Benoît Guivarch refait son apparition sur la scène du café de la Danse afin d’interpréter, comme sur l’album, le titre Slow Down. On apprécie l’apport des tubas sur la fin du morceau qui ne sont pas sans rappeler les ambiances sombres proposées par les anglais d’I Like Trains. C’est ensuite au tour des cordes de nous faire vibrer sur Parenthèse, titre instrumental en forme d’interlude qui précède le retour de Benoît Guivarch sur le superbe Someone Else.

Un drôle de ballet se joue sur la scène entre chaque morceau, les musiciens de Landscape changeant fréquemment d’instruments tandis que les invités se succèdent au chant. Il y a les têtes connues tel Nicolas Leroux d’Overhead qui vient sublimer par sa voix le titre Born Wild mais aussi un inconnu (Jean-Baptiste de Static Observer) qui se retrouve sous les projecteurs grâce à sa victoire à un concours organisé par Landscape sur un de leurs titres inédit. Il y a aussi les absents tel Armand Méliès, remplacé de belle manière par Benoît Guivarch sur l’Heure d’à Côté ou Syd Matters suppléé plus difficilement par Guillaume de Chirac.
 
La fin du set fait la part belle aux guitares électriques et au post-rock du premier album ("One") avant l’inévitable rappel qui se conclut par In The Drugs, une magnifique reprise des américains de Low. Magique.

Chroniqueur
  • Publication 79 vues6 avril 2007
  • Tags
  • Partagez cet article