Rhesus @ Jardin de Ville (Grenoble) – 25 juillet 2004


Rhesus, c’est l’une des multiples hype indie-pop de l’année. Et surtout, ils montrent qu’à Grenoble on sait faire autre choses que du reggae. Les voici dans le cadre du Cabaret frappé en plein air. Ambiance apéro et tatannes. Le trio monte sur scène et donne le ton d’entrée. Les références anglo-saxone sont présentes dans le […]

Rhesus, c’est l’une des multiples hype indie-pop de l’année. Et surtout, ils montrent qu’à Grenoble on sait faire autre choses que du reggae. Les voici dans le cadre du Cabaret frappé en plein air. Ambiance apéro et tatannes.

Le trio monte sur scène et donne le ton d’entrée. Les références anglo-saxone sont présentes dans le chant (en anglais) et les intonnations qu’on entend dans la perfide Albion depuis une vingtaine d’années. La composition du groupe respecte les canons indie-pop : guitare, basse, batterie, chant avec, évidemment, une fille à la basse.

Bref, des groupes comme ça, il y en a des wagons entiers de par le monde, alors pourquoi celui-là, plutôt qu’un autre ? Simplement parce qu’ils sont terriblement efficaces. Les grincheux pourront regretter le manque d’originalité de certaines parties et les batteurs tatillons les flottements de tempo, mais personne ne pourra nier que Rhésus est de l’énergie brut sur scène.

Personne ne pourra nier qu’ils ont ce talent de transmettre leur amour (apparemment immodéré) pour la Telecaster saturée et la basse sur les genoux. Les morceaux se sont enchaînés avec bonheur. Tout est en place (ou presque) pour que chaque accord assomme le spectateur distrait. Bref, un pure moment de rock?n?roll avec pour finir en beauté le larsen de guitare (normal) et la batterie à moitié par terre (logique).

Chroniqueur
  • Publication 178 vues25 juillet 2004
  • Tags Rhesus
  • Partagez cet article