Sy Matters :: Paris [Café de la Danse] :: 12 février 2008


Première soirée des trois accordées par Syd Matters au Café de la Danse afin d’y présenter son nouvel album "Ghost Days" sorti en début d’année. Les trois dates sont complètes depuis longtemps et il est bien difficile de trouver une place aux alentours de 20h alors que le concert de H-Burns, en première partie, a […]
Première soirée des trois accordées par Syd Matters au Café de la Danse afin d’y présenter son nouvel album "Ghost Days" sorti en début d’année. Les trois dates sont complètes depuis longtemps et il est bien difficile de trouver une place aux alentours de 20h alors que le concert de H-Burns, en première partie, a déjà commencé.

Le groupe de Renaud Brustlein possède de nombreuses affinités avec celui de Jonathan Morali, les deux compères ont d’ailleurs œuvré ensemble sur l’album à venir de H-Burns. Renaud a commencé comme Jonathan en solo, on l’avait notamment aperçu seul avec sa guitare à la Guinguette Pirate en 1ère partie d’Okkervil River et l’on s’était dit que l’on entendrait sous peu parler du bonhomme. Désormais accompagné sur scène par un groupe qui comprend un certain… Jonathan Morali au clavier, le leader de H-Burns continue d’égrener ses arpèges country/folk. De sa voix légèrement cassée, le chanteur de H-Burns délivre des titres en forme de carte postale, le grand Ouest Américain ayant bien entendu ses faveurs.

C’est a cappella que Syd Matters, le groupe, choisit de commencer la soirée. Figurant sur la bande originale du film « La Question Humaine », Heartbeat Detector résonne dans le Café de la Danse comme dans une église. C’est derrière son clavier que Jonathan débute le concert afin d’y interpréter une majorité de titres du dernier album du groupe. Les fidèles ouailles massées dans les gradins et devant la scène écoutent religieusement avant de réserver un tonnerre d’applaudissements à Everything Else, l’un des plus beaux titres du dernier opus. C’est également l’un de ceux qui incarne le mieux la poésie rêveuse qui colle aux baskets des compositions de Jonathan Morali et sa bande.

Le début du set fait la part belle aux titres mélancoliques de "Ghost Days" (Cloud Flakes, It’s a Nickname) et "A Whisper and a Sigh" (End and Start Again), à tel point qu’un ennui feutré feint de s’immiscer chez un public attentif à défaut d’être enthousiaste. Avec leur final céleste, Louise et My Lover’s on the Pier marquent le réveil du groupe et par ricochet de l’assistance. C’est le moment que choisit Jonathan pour demander au public juste là assis de se lever, avant d’interpréter Stone Man, un des plus anciens titres de son répertoire qu’il prend un malin plaisir à interpréter de façon jubilatoire, toutes guitares dehors.

Le set prend une nouvelle tournure, moins mélancolique, beaucoup plus rock. Le groupe semble heureux de lâcher les chevaux sur Anytime Now et Me and My Horses, entrecoupés par le retour de Heartbeat Detector et par un Middle Class Men qui justifie pleinement la comparaison vocale avec Thom Yorke dont est souvent affublé Jonathan Morali. Après le final épique de Me and My Horses, le groupe se retire pour la première fois sous les vivas avant que Jonathan ne revienne seul avec sa guitare acoustique pour interpréter Big Moon, brillant hommage au Pink Moon de Nick Drake. Le concert a définitivement pris une nouvelle ampleur et l’interprétation des très attendus To All Of You et Obstacles, issus de "Someday We Will Foresee Obstacles", achève de faire basculer la soirée de l’ordinaire vers le mémorable. Seconde interruption d’un concert qui a maintenant débuté depuis presque 2 heures. Le groupe revient une dernière fois sur scène pour interpréter Bones dans une version décoiffante, avec notamment un final apocalyptique qui déclenche les rugissements d’une salle désormais à l’unisson.

Au final, belle première soirée pour Syd Matters au Café de la Danse, qui confirme malgré un début de set un peu mou que la musique des franciliens prend de nouveaux atours au contact de la scène.

Crédit Photos : Oliver Peel.

Chroniqueur
  • Publication 79 vues12 février 2008
  • Tags
  • Partagez cet article