Villette Sonique 2018


Cette nouvelle édition du festival Villette Sonique fut marquée par un petit changement de cap suite à des désaccords sur la direction artistique. Connu pour être défricheur, les nouveaux dirigeants ont souhaité orienter la programmation vers de plus gros noms (toutes proportions gardées évidemment). Nous avons donc décidé d'assister à deux soirées, la première très Villette Sonique 2018, et la seconde rappelant plutôt les anciennes éditions.

25 mai 2018: Mogwai & Jon Hopkins 

La première soirée à laquelle nous avons voulu assister réunissait deux gros noms de la musique indépendante. Le premier, dont nous sommes très familiers sur Indiepoprock, et le second que vous connaissez peut-être un peu moins mais qui reste un des acteurs les plus importants de la scène électronique indé. Au programme de cette soirée s’ajoutait l’excellent James Holden que les intempéries parisiennes nous ont malheureusement empêchés de voir…

Nous débarquons donc à la Grande Halle de la Villette, le vendredi 25 vers 21h30, complètement trempés, alors que Mogwai vient de commencer son live. En tant que lecteurs assidus de notre site, vous connaissez toutes nos réserves sur ce groupe, en tout cas sur ses plus récentes publications. Entre les hauts et les bas, le groupe semble avoir choisi les hauts ce soir-là et nous offre un set tout en élégance traversant tout leur répertoire de 1997 à 2017.

C’est ensuite au tour de Jon Hopkins de prendre possession de la scène. Le public qui, semble-t-il, était venu principalement pour lui, écoute attentivement les premières notes avant de se mettre à crier et à danser dès que le kick et les basses se font sentir. Comme à son habitude, le Britannique ne se laisse pas aller à la facilité et développe son univers en s’appuyant principalement sur son nouvel album, “Singularity”, que nous vous recommandons très fortement si jamais vous ne l’avez pas encore exploré. Un live d’une heure construit comme un voyage entre calme et tempête.

 

29 mai 2018: Midnight Sister & Deerhunter

Avant de quitter son poste à la tête du festival, l’ancienne direction avait pris le temps de programmer quelques groupes dont Deerhunter. Cette soirée, plus Villette Sonique compatible donc, se tenait au Cabaret Sauvage, sorte de grande “tente” comme l’appellera un peu plus tard Bradford Cox, qui donnait un charme tout particulier au concert.

En première partie, nous découvrons avec plaisir un jeune groupe américain, Midnight Sister, qui évolue comme un poisson dans l’eau dans ce Cabaret Sauvage. Un mélange de pop psyché et burlesque incarné par la chanteuse du groupe qui pourrait très bien avoir sa place dans une belle troupe de cabaret. Ils déroulent leur set avec une grande aisance et on se laisse tenter par des pas de danse légèrement chaloupés sur leurs tubes en puissance que sont Blue Cigare, Daddy Long Legs ou encore Shimmy. Bref, un groupe à suivre.

Après une longue pause, c’est Deerhunter qui débarque dans salle très bien remplie, si bien qu’on suffoque presque tant l’air est chaud. Ils déroulent alors un set mélangeant leurs tubes avec de nouveaux titres annonçant un nouvel album qui n’a pas de date de sortie pour le moment mais qu’on attend de pied ferme. Le public est conquis et le montre bien au groupe qui semble touché par tant d’engouement.

 

Nous aurons donc passé deux très bonnes soirées au festival Villette Sonique en compagnie d’artistes confirmés ou prometteurs. Malheureusement, nous n’avons pas pu profiter de la programmation gratuite du festival qui comme chaque année était très éclectique et avant-gardiste. On ira l’année prochaine !

Chroniqueur
Villette Sonique 2018