Warpaint @ Trabendo – 20 janvier 2014


Warpaint fascine, et il est difficile d’expliquer pourquoi. Il règne au sein du groupe un esprit étrange, à la fois vacillant et terriblement intense, une dualité qui se retrouve à tous niveaux et - à notre grand étonnement - même sur scène.

Warpaint fascine, et il est difficile d’expliquer pourquoi. Il règne au sein du groupe un esprit étrange, à la fois vacillant et terriblement intense, une dualité qui se retrouve à tous niveaux et –  à notre grand étonnement – même sur scène.

Le concert s’ouvre sur Love Is To Die, premier single du second disque éponyme de la formation de Los Angeles, sorti le jour même, qui amorce les présentations avec l’héritier du superbe « The Fool ». Autant dire qu’après le succès que s’est taillé l’album, il y avait pléthore d’oreilles à convaincre… à commencer par ce soir.

Keep It Healthy poursuit l’exploration et témoigne que le son Warpaint s’inscrit dans une veine durable en imprégnant toujours autant les compositions du quatuor : un son puissant, fantomatique et évasif. Un son compliqué à définir en ce qu’il s’expérimente surtout de façon personnelle. Et leur jeu scénique (ou son absence), sobre mais magnétique, révèle bien ce caractère introspectif que revêt leur musique. La scène se prête à la contemplation, à l’absorption avec cette force subliminale qui tend tous les titres et les pare d’une aura gracieuse.

Le son est d’un équilibre parfait et exacerbe à merveille les lignes de basse de Jenny Lee Lindberg, véritable colonne vertébrale de leurs morceaux qui appuie cette force sourde qui sinue entre chœurs spectraux et mélodies intimistes. Bees en est l’exemple le plus éloquent. Biggy, quant à lui, touche au cœur du paradoxe et balance entre sensibilité féminine et farouche indépendance.

Il semble que se meuve une présence invisible et fugace, sûrement due à la musique de Warpaint, brillante texture organique qui se déroule tout en souplesse, comme un mirage, avant de coaguler, lentement, pour ne rester qu’un sceau brûlant apposé à l’endroit le plus délicat.

Chroniqueur
  • Publication 351 vues2 février 2014
  • Tags Warpaint
  • Partagez cet article
Warpaint @ Trabendo - 20 janvier 2014