This Is Not A Love Song (2019)

 

“Rester indépendant” voilà comment se termine la lettre de présentation du festival nimois à l’aube de sa 7e édition qui se tiendra du jeudi 30 mai au samedi 1er juin.  Effectivement, quand j’observe les groupes programmés pendant les 3 jours, je me croirais dans ma discothèque idéale ; entre artistes (re)connus et nouvelles têtes, tout est réuni pour réjouir les fidèles du This Is Not A Love Song.

Aussi, voilà une liste non exhaustive des musicien(ne)s que je vous conseille d’écouter avant de les découvrir sur scène. Ah, une dernière chose, n’hésitez pas à m’envoyer une question (-> indie_or_die@hotmail.fr) que vous souhaiteriez poser à votre coup de coeur, il se pourrait que je le rencontre pendant le festival. En route :

 

Aldous Harding – dès le jeudi soir, l’interprète néo-zélandaise va envoûter tous les esprits. Bien qu’elle ait sorti un album rempli de morceaux dépouillés, parfois accompagnée d’un seul instrument au mois d’avril, elle prend toujours de l’ampleur face au public. La preuve ci-dessous :

Chai – 4 japonaises qui jouent du punk-rock, qu’en dites-vous ? Cela fait plusieurs années qu’elles sortent des singles en secret, ce qui leur a permis de gagner de la crédibilité indie. Leurs sets sont efficaces et maîtrisés à force de tourner. Mine de rien, il y aura de quoi taper du pied dès le premier soir ; laissez-vous tenter.

 

Jpegmafia – Sortir de sa zone de confort, voilà ce que vous propose le rappeur de Baltimore quand il déverse son flow. Je suis surpris de voir un tel artiste sur une scène d’un festival français mais cela montre bien la place qu’occupe petit à petit les musiques urbaines actuellement pour renouveler les programmations. Souvenez-vous de la déferlante Death Grips il y a quelques années.

Stephen Malkmus and the Jicks – 30 ans. Cela fait 30 ans que le chanteur a crée Pavement et il a préféré arrêter au bout de dix ans par lassitude. Depuis, il a repris le goût de l’écriture grâce à d’autres amis musiciens avec qui il expérimente à chaque album. Le cru 2019 vous offrira la guitare si particulière de Stephen accompagnée d’une basse à toute épreuve et surtout de chansons toutes plus ingénieuses les unes que les autres. C’est le concert que j’attends le plus cette année, j’espère que le public sera au rendez-vous pour la grande messe des années 90.

Shame – La claque de 2016 revient aux affaires cette année avec un nouvel album à nous proposer. Quiconque les a vus sur scène vous les recommandera. N’oubliez pas de terminer votre bière avant d’entrer dans le pogo au risque de ne pas la retrouver. Ils devraient conclure le samedi en beauté.

Tanx x Fabcaro – Deux invités de marque pour fêter la bande dessinée, voilà le pari que tente le festival le samedi après-midi. Ils discuteront de leur façon d’aborder la reconnaissance et la relation durable qui peut s’installer avec des fans. Depuis 20 ans qu’iels publient, iels ont su varier leurs sujets d’étude tout en gardant une liberté de ton, la rencontre des deux têtes brulées sera passionnante. Voilà un aperçu de leur actualité : tanx.fr/bloug/ et 6pieds-sous-terre.com/fabcaro/-u1023

Rendez-vous sur le site du festival pour découvrir tous les artistes présents à Nîmes le dernier week-end de mai et sur Instagram pour suivre les derniers préparatifs.

 

Chroniqueur