AH#14 avec Ewert And The Two Dragons

De passage au Point Ephémère, Ewert et ses deux dragons ont visiblement un agenda assez chargé, on croise ainsi, en attendant les musiciens, diverses personnes de la presse, qui avec sa caméra, qui avec son dictaphone. Le lieu grouille d’activité et la recherche d’un lieu au calme pour filmer n’est pas évidente. Le contact est un peu impersonnel avec les musiciens, pressés et vraisemblablement préoccupés par leur concert à venir, sans même parler du fait que notre maîtrise de la langue estonienne est plus que relative. Dommage car la bande a l’air de bien s’entendre, les musiciens plaisantent sans cesse entre eux ; on aurait volontiers passé plus de temps à tenter de construire une discussion, mais le rythme de la journée reprend rapidement ses droits.

Pendant la session, un caméraman nous filme en train de filmer les musiciens. Nous découvrirons quelques jours plus tard les images issues de cette mise en abyme dans un reportage réalisé pour la télévision estonienne. Evidemment, impossible de comprendre un traître mot des commentaires qui accompagnent le reportage : pour nous, Ewert And The Two Dragons et leur charmante pop si peu balte, si anglo-saxonne, demeurent une énigme.

Merci à Sean Bouchard (Talitres) et au personnel du Point Ephémère.


Jolene, In The End There's Only Love


Chroniqueur
AH#14 avec Ewert And The Two Dragons