"> Nicolas Paugam - Padre Padrone - Indiepoprock

On a aussi écouté Nicolas Paugam – Padre Padrone

L’enthousiasmant « L’homme Heureux » avait permis d’attendre la sortie de « Padre Padrone ».

Et d’entrer ainsi dans un disque sans équivalent. Dans lequel Nicolas Paugam explore une pop de plus en plus personnelle. Si l’on reconnaît les belles passions tropicalistes du musicien, son regard sans frontière, son phrasé au swing inimitable, on est submergé par l’inventivité totale qui traverse l’album de part en part.

L’imaginaire prodigieux de Nicolas Paugam se déploie ici dans un espace musical embrassant le jazz, le rock, la chanson. Synthétisant tous ces courants sonores, pour en livrer une vision décloisonnée. Comme s’il faisait sauter les verrous de chacun de ces logiciels  pour programmer le sien.

« Padre Padrone », nourri de tous ces genres musicaux, redéfini la chanson française, en la plongeant dans l’altérité, en supprimant les fossés qui la parsèment, en ignorant la sempiternelle guerre entre avant-garde et musique populaire.

Tout dans « Padre Padrone » vibre d’une folle énergie. On y est porté par la puissance du rock, une pop explosée,  des textes finement engagés, poétiques ou hallucinés, des arrangements aussi sophistiqués que formidablement ordonnés.

On y entre fatigué, on en sort régénéré, comme happé par cette vague d’intelligence et de mélodies lumineuses. Et avec le sentiment chevillé aux oreilles, que Nicolas Paugam écrit une page – très – importante de la chanson française. Une page qui ressemble, dans un contexte évidemment différent, au formidable travail accompli par les tropicalistes brésiliens. Cette volonté de tout réinventer sans rien renier. De projeter tout un patrimoine dans un avenir forcément passionnant quand on refuse qu’il ressemble à une langue morte.

Yan
Chroniqueur