"> Betamax - Betamax - Indiepoprock

Betamax


Un album de sorti en chez .

Cet album est la première sortie à la fois du jeune label français Bloom Records et du groupe Betamax ; et pour un coup d’essai, c’est un véritable coup de maître ! Betamax a en effet réussi a trouvé l’équilibre parfait entre la modernité des sons électroniques et l’utilisation d’instruments acoustiques classiques (guitare-basse-batterie) ou aux […]

Cet album est la première sortie à la fois du jeune label français Bloom Records et du groupe Betamax ; et pour un coup d’essai, c’est un véritable coup de maître ! Betamax a en effet réussi a trouvé l’équilibre parfait entre la modernité des sons électroniques et l’utilisation d’instruments acoustiques classiques (guitare-basse-batterie) ou aux colorations vintages (orgue Hammond, Rhodes, Wurlitzer, Clavinet). Même si les sonorités électroniques sont très présentes (« Vacant », « Do Re Mi »), les chansons de Betamax restent toutefois de véritables pop songs, sublimées par la voix magnifique de Juliette, la chanteuse anglaise du groupe. Ainsi, des titres comme « All I Know », « No Way » ou « Daily Sachet » sauront séduire tout amateur de pop tant ces titres sont convaincants. Mais il serait bien réducteur de cantonner Betamax dans un registre purement électro-pop. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter par exemple « Rumour », qui sonne comme un blues électro décalé, débutant par un trip-hop minimaliste pour se terminer de façon beaucoup plus organique. La voix de Juliette, associée à la douceur et la beauté de « Digital Man » ou « Terry Sky » donnent un côté très sensuel à la musique de Betamax, qui n’est pas sans rappeler les ambiances que l’on pourrait retrouver chez Shivaree ou Elysian Fields si ces deux groupes se laissaient aller à des expérimentations électroniques. Mais le quatuor ne rechigne pas non plus à faire davantage de bruit comme le prouve la fin de l’excellent « Wait A While », pendant laquelle la guitare se fait plus noisy. Betamax vient donc d’accoucher d’un album très varié et tout à fait cohérent, pendant lequel se côtoient des sons modernes et un parfum délicieusement rétro-pop (les craquements de vinyls sont très présents…) qui feront craquer sans nul doute un grand nombre de paire d’oreilles.

Chroniqueur
  • Publication 292 vues5 septembre 2001
  • Tags BetamaxBloom
  • Partagez cet article

La disco de Betamax

Betamax
0%

Betamax