"> Broken Social Scene - Broken Social Scene - Indiepoprock

Broken Social Scene


Un album de sorti en chez .

Décidément, Broken Social Scene défie tous les schémas habituels d’un « groupe de rock ». Sur cet album éponyme, le collectif réunit pas moins de dix-sept musiciens. De cette diversité d’interprétation naît un incroyable creuset musical mêlant post-rock, electro, new wave? Bref, des compositions à la fois profondément pop dans leur esprit et profondément renouvelées dans leur […]

Décidément, Broken Social Scene défie tous les schémas habituels d’un « groupe de rock ». Sur cet album éponyme, le collectif réunit pas moins de dix-sept musiciens. De cette diversité d’interprétation naît un incroyable creuset musical mêlant post-rock, electro, new wave? Bref, des compositions à la fois profondément pop dans leur esprit et profondément renouvelées dans leur structure.

l’autre tour de force du combo canadien, c’est de parvenir à fondre toutes ces approches en un ensemble cohérent et limpide, très agréable à écouter. Les morceaux ont beau être très divers, on distingue bel et bien la touche personnelle de Broken Social Scene : une ampleur sonore qui va crescendo et des cuivres omniprésents, très pop, très gais.

Le tout donne des morceaux symphoniques d’un nouveau genre, comme Our faces split the coast in half, qui ouvre le bal dans un joyeux tintamarre pas si bordélique que ça. Le sublime Ibi dreams of pavement zappe les couplets pour passer directement au refrain, dans une montée en puissance cantonnée d’habitude en fin de morceau. Même le très new wave 7/4, magnifié par la voix de Feist, renouvelle suffisamment le genre pour trancher avec les compositions récentes assénées à longueur d’ondes sur les radios.

Dans la seconde moitié du disque, on s’aventure vers des plages plus electro, un peu « lounge ». Mais au delà de ces expérimentations, Broken Social Scene revient toujours à des accords de rock classique, ce qui fait que l’auditeur n’est jamais vraiment perdu. Et comme sur un vinyle, l’album se boucle là où il avait commencé, dans une apogée pop de dix minutes facétieusement intitulée It?s all gonna break, déluge de guitare électriques dissonantes et de cuivres proches de l’envolée lyrique.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Our Faces Split The Coast In Half
  2. Ibi Dreams Of Pavement (A Better Day)
  3. 7/4 (Shoreline)
  4. Finish Your Collapse And Stay For Breakfast
  5. Major Label Debut
  6. Fire Eye'd Boy
  7. Windsurfing Nation
  8. Swimmers
  9. Hotel
  10. Handjobs For The Holidays
  11. Superconnected
  12. Bandwitch
  13. Tremola Debut
  14. It's All Gonna Break
  15. Her Disappearing Theme
  16. Canada Vs. America
  17. Baroque Social
  18. No Smiling Darkness / Snake Charmers Association
  19. All My Friends
  20. Major Label Debut (Fast)