"> MGMT - Oracular Spectacular - Indiepoprock

Oracular Spectacular


Un album de sorti en chez .

7

Rolling Stone a eu le nez fin. Non, il n’est pas ici question des grabataires du rock récemment mis en boîte par Martin Scorsese, cela fait bien longtemps que ceux là ne sentent plus rien, hormis peut être le renfermé…En novembre 2007, le magazine américain qui a emprunté son nom à qui vous savez, annonçait […]

Rolling Stone a eu le nez fin. Non, il n’est pas ici question des grabataires du rock récemment mis en boîte par Martin Scorsese, cela fait bien longtemps que ceux là ne sentent plus rien, hormis peut être le renfermé…En novembre 2007, le magazine américain qui a emprunté son nom à qui vous savez, annonçait que 2008 serait l’année de MGMT ou ne serait pas. Au vu du buzz généré par le duo sur la toile et ailleurs (même TF1 s’y est mis), on peut dire que Rolling Stone ne s’est pas trompé.

MGMT (prononcez Management), c’est avant tout l’histoire d’un duo aux noms improbables. Andrew VanWyngarden et Ben Goldwasser, étudiants dans le Connecticut, se découvrent une passion commune pour la musique et les sons hypnotiques, le paganisme et tout ce qui est un peu mystique. Les deux universitaires se produisent rapidement sur leur campus lors de shows conceptuels : ils écrivent un nouveau morceau à chaque concert et ne joue que celui-ci !! Le succès est immédiat, au point qu’un groupe de fans de New-York fonde le label Cantora Records, uniquement dans le but de sortir leur EP « Time To Pretend ». Columbia flaire le bon coup, signe le duo et lui adjoint ni plus ni moins que Dave Fridmann (Mercury Rev, The Flaming Lips) à la production.

Ce dernier va s’atteler à modeler le son du duo, le rendre plus planant à grands coups de nappes de synthés atmosphériques et d’ambiances réverbérées. Le résultat se nomme Time To Pretend ou Kids, deux titres présents dans des versions beaucoup plus « soft » sur l’excellent premier EP du duo. « Oracular Spectacular » est donc une ballade pop sous psychotropes (Of Moons, Birds and Monster), une hallucination collective un brin mystique (voir les clips de Time To Pretend et Electric Feel), du Bowie fricotant avec les Bee Gees (Weekend Wars, The Youth) et deux derniers titres insipides. On trouvera toujours des grincheux pour nous dire que c’est beaucoup de bruit pour pas grand chose, que l’on n’entendra plus parler de ce groupe dans moins d’un an, que danser autour d’un feu sur la plage c’est total ringard, même sur Koh Lanta…Certes, mais en attendant, si l’on fait abstraction de tout le tapage autour de ce groupe et de l’imagerie néo-baba-tralala, il reste un excellent album (quoique inégal) qui a déjà marqué de son empreinte l’année 2008. Survivra t’il à l’épreuve du temps, il est encore trop tôt pour le dire…

Chroniqueur
  • Publication 420 vues11 juillet 2008
  • Tags MGMTColumbia
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Time to Pretend
  2. Weekend Wars
  3. The Youth
  4. Electric Feel
  5. Kids
  6. 4th Dimensional Transition
  7. Pieces of What
  8. Of Moons, Birds & Monsters
  9. The Handshake
  10. Future Reflections

La disco de MGMT

s/t
0%

s/t

Little Dark Age
0%