"> Serafin - Serafin - Indiepoprock

Serafin


Un album de sorti en chez .

J’ai rarement eu cette impression après l’écoute d’un disque. La dernière fois cela remonte à 1996, lors de la sortie du premier album éponyme de Placebo. Je savais à ce moment que je tenais entre mes mains la première galette d’un groupe qui deviendrait très grand, et l’avenir ne m’a pas donné tort. Ce sentiment […]

J’ai rarement eu cette impression après l’écoute d’un disque. La dernière fois cela remonte à 1996, lors de la sortie du premier album éponyme de Placebo. Je savais à ce moment que je tenais entre mes mains la première galette d’un groupe qui deviendrait très grand, et l’avenir ne m’a pas donné tort. Ce sentiment vient de se reproduire après des écoutes multiples et répétées de ce EP de Serafin. Rarement un groupe aura su allier avec tant de talents la rage juvénile des jeunes artistes et la maîtrise instrumentale de musiciens aguerris. Il faut dire que Ben Smith, chanteur, guitariste et compositeur de ce quatuor mancunien, n’en est pas à ses premiers essais musicaux. Il fut en effet le chef de file de Stony Sleep, auteur de deux excellents albums (« Music For Chameleons » en 1996 et « A Slack Romance » en 1998). L’orientation de Serafin s’inscrit d’ailleurs dans la continuité de celle de Stony Sleep, à savoir un indie-rock teinté de pop le tout étant plutôt rageur et énervé. Aucune baisse de régime n’est à signaler sur ce EP, chacun des six titres est une véritable réussite. Serafin tient déjà un single impressionnant avec « Day By Day », chanson qui ne vous sortira pas de la tête avant un bon moment. Mais Ben Smith et ses acolytes savent aussi composer des titres beaucoup plus complexes, comme « Green Disaster Twice », qui fourmille d’idées toutes différentes pour aboutir à une chanson cohérente aux atmosphères variées. Ce morceau demande plusieurs écoutes avant d’en saisir toutes les nuances, mais croyez-moi, c’est une véritable réussite ! Et tout le reste du EP est aussi époustouflant, chaque chanson alliant puissance, mélodie, rage et émotions avec un brio étonnant. On reparlera de Serafin très bientôt, ça ne fait aucun doute.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Danzas de Panama (version for string quartet): No. 1. Tamborito
  2. Danzas de Panama (version for string quartet): No. 2. Mejorana y Socavon
  3. Danzas de Panama (version for string quartet): No. 3. Punto: Allegretto con grazia
  4. Danzas de Panama (version for string quartet): No. 4. Cumbia y Congo
  5. String Quartet No. 12 in F Major, Op. 96, B. 179, "American": I. Allegro ma non troppo
  6. String Quartet No. 12 in F Major, Op. 96, B. 179, "American": II. Lento
  7. String Quartet No. 12 in F Major, Op. 96, B. 179, "American": III. Molto vivace
  8. String Quartet No. 12 in F Major, Op. 96, B. 179, "American": IV. Vivace ma non troppo
  9. String Quartet, Op. 11: I. Molto allegro e appassionato
  10. String Quartet, Op. 11: II. Molto adagio
  11. String Quartet, Op. 11: III. Molto allegro
  12. Lullaby (version for string quartet)

La disco de Serafin