"> Alexandr - Surrender - Indiepoprock

On a aussi écouté Alexandr – Surrender

Alexandr revisite les années glorieuses de Manchester. Tout y est. Le son baggy qui a mis le feu aux années 90, et d’une certaine manière à nos adolescences. La nonchalance insensée attachée à des groupes cultes, dont l’aura n’a jamais cessé d’inspirer des générations entières de musiciens. Avec ce nouvel EP, Alexandr pousse encore plus loin le fantasme de la résurgence d’une époque dont la créativité, rétrospectivement, fut prodigieuse.

Prodigieuse mais ambiguë également. Parce qu’elle s’épanouissait sur un terrain terriblement anxiogène. Ce n’est pas sans raison que l’hédonisme sans limite des clubs anglais était le versant lumineux d’une crise sociétale et économique profonde.

En faisant ressurgir les sons de cette époque Alexandr ne se contente pas d’en faire le pastiche, il parle d’aujourd’hui. Et relie, avec talent, le sens de la fête et les ressorts profonds d’une musique urbaine et hautement toxique. « Fun in the Danger », titre du précédent EP, résumait à lui seul cet état d’esprit. Une vision que l’on retrouve sur « Surrender », encore accentuée par le recours à des synthés et des boîtes à rythme vintage.

Le paradoxe de « Surrender », si anglais dans son principe, est d’être co-produit par Antoine Poyeton, collaborateur du studio Motorbass, incarnation d’un savoir-faire français mondialement reconnu. Comme un remarquable pied de nez à une époque qui semble se nourrir à nouveau des séparations et des nationalismes. Alexandr nous pousse sur les dancefloors, à croire encore et toujours à l’énergie indestructible de la musique.

 

 

Yan
Chroniqueur
Alexandr - Surrender