"> Bertrand Betsch - J'ai horreur de l'amour - Indiepoprock

On a aussi écouté Bertrand Betsch – J’ai horreur de l’amour

Bertrand Betsch livre avec « J’ai horreur de l’amour » une sorte d’anti « Fragments d’un discours amoureux » de Roland Barthes. Là, où le philosophe s’était penché sur l’obsession amoureuse, sa puissance et même son rôle collectif, le musicien érige au fil de son disque ravageur, une sorte de déconstruction du fameux sentiment.

D’un bout à l’autre de son nouvel album, il détruit méticuleusement toute la prétendue force de l’amour. Et surtout, tout ce qui le menace et le rend si fragile. De la disparation du désir à la mort physique, tout y passe, à la moulinette d’une musique faussement sensible.

Une musique aux ritournelles finalement effrayantes, presque punk sans le décorum. Bertrand Betsch passe au lance-flamme de sa douceur trompeuse un pan entier de la chanson française. Ainsi carbonisée la pop a ainsi rarement sonné aussi juste.

Dans son extrême vision, sans la moindre concession, le musicien écrit évidemment des chansons chargées d’une immense émotion. Elle est seulement paradoxale. Et dans son radicalisme, elle en dit sûrement plus sur l’amour que bien des chansons « attrape-coeur ».

C’est que Bertrand Betsch est un compositeur d’exception, dont les musiques bouleversantes, à l’acidité pourtant brutale, transportent des flots de désespoir. Un désespoir qu’il se refuse à dissimuler. Un désespoir qu’il refuse aussi de maquiller, pour le rendre sexy.

Il atteint alors une dimension existentielle, qui propulse le disque vers un inconnu. Une démarche à la fois suicidaire commercialement et génialement artistique. Il vient peut-être d’inventer l’après pop.

Une post-pop rejetant les postures et paroles attendues, comme le rock rejeta en son temps les clichés devenus si pesants. Pour se jeter dans la vérité des choses et l’avant-gardisme. Afin de retrouver des accents de sincérité. Et, étrangement, la force de défricher de nouveaux territoires musicaux et littéraires.

Yan
Chroniqueur
Bertrand Betsch - J'ai horreur de l'amour