"> Tricky - 20,20 - Indiepoprock

On a aussi écouté Tricky – 20,20

Après être passé par la case livres via la publication de « Hell Is Around The Corner », son autobiogrraphie, le kid de Bristol exilé à Berlin revient cette année à la musique avec « 20,20 », un court EP de trois titres brefs. Un EP dont on peut, lors d’une première écoute, se demander la réelle pertinence dans la mesure où ces trois titres ressemblent davantage à des ébauches à peine terminées. Hate This Pain, titre sur lequel Tricky susurre quelques phrases de sa voix graveleuse en alternance avec Marta, la chanteuse qui l’accompagne depuis quelques années sur scène, le tout sur fond d’un seul accord de piano en boucle, cède ainsi très vite la place, comme interrompu à peine l’intro passée, à Lonely Dancer, titre tout aussi englué dans une torpeur en clair obscur, quoiqu’un peu plus « groovy », porté cette fois par la voix d’Anika. Trois minutes plus tard, ce très bref EP se clôt sur M, instrumental fait de presque rien, petite phrase mélodique sur un rythme binaire de 2:30 minutes.

Tout cela semble bien anecdotique, mais on aura quand même noté le retour de Tricky à des ambiances moins torturées que sa période « Pre-Millenium Tension », qui a tout de même 25 ans maintenant, mais dominées par une langueur qui rime avec noirceur. Oserait-on également parler d’ambiance confinée ? Terrible facilité de la période… Et pourtant, au fil des écoutes, ces petits éléments mis bout à bout font sens. Plutôt que chercher à jouer la surenchère en dépit de ce qui ressemble à un isolement, subi ou choisi, et quelle qu’en soit la cause, Tricky en écrit la bande son nocturne et prouve une fois de plus que l’aboutissement réside aussi  dans la transparence de la démarche.

Rédacteur en chef