"> Artiste inconnu - Arrogance - Indiepoprock

Arrogance


Un album de sorti en chez .

Qui n’apprécie pas l’humour décapant et le talent décalé d’un Katerine doit passer son chemin. Parce que dans le genre « j’en fais cent fois trop, mais c’est pour rire en fait », le Bordelais Jon Smith est imbattable. Jugez-en plutôt : son deuxième album présente une pochette d’un mauvais goût assumé (Jon Smith avec un cocktail […]

Qui n’apprécie pas l’humour décapant et le talent décalé d’un Katerine doit passer son chemin. Parce que dans le genre « j’en fais cent fois trop, mais c’est pour rire en fait », le Bordelais Jon Smith est imbattable. Jugez-en plutôt : son deuxième album présente une pochette d’un mauvais goût assumé (Jon Smith avec un cocktail sur une plage?), il s’appelle « Arrogance » (le précédent, c’était « Best of »?) et propose un second disque uniquement composé de reprises. Une compilation qui fait souvent sourire (le sirupeux Ta ta ta ta de Polnareff), à défaut d’être toujours convaincante : car enfin quel est l’intérêt de singer Frank Alamo en chantant « Bitch ô ma bitch » ?

Heureusement, Arrogance ne se limite pas à ces exercices de style et, lorsque Jon Smith laisse tomber son masque d’amuseur public, il dévoile de réelles capacités de compositions. Les paroles sont douces et sincères, la voix un rien guindée de Smith étant joliment mise en valeur par les apparitions lumineuses de Deborah Steinberg. L’univers musical fait preuve d’une réjouissante diversité, depuis la basse funky d’Alizée, aux confessions acoustiques de Respirer (qui rappellent celles de Miossec), en passant par le rockabilly de comptoir (Téléphone) ou le léger délire orchestral, aussi fugitif que touchant (L’Homme). Rarement on aura vu un double album aussi déséquilibré et un artiste aussi imprévisible.

Chroniqueur

La disco de Artiste inconnu