"> Dans la série des Inaperçus - Indiepoprock

Dans la série des Inaperçus

"Dans la série des inaperçus" existe depuis 1997, à l’initiative de l’association Gohead. Ce festival s’est toujours attaché à mettre en avant la nouvelle scène pop française en révélant les talents de demain, au travers de groupes encore méconnus et souvent auto-produits. Le festival s’étend sur quatre jours, cette année du 6 au 9 février.  Retour sur la soirée du mercredi 7 février, spécialement consacrée au concours CQFD (Ceux Qu’il Faut Découvrir) des Inrocks, avec à l’affiche Cocoon (le groupe lauréat 2007), Diving With Andy et Stuck In The Sound.

Cocoon (photo n°1) est un duo originaire de Clermont Ferrand, composé de Mark Daumail (chant, guitare, ukulélé) et Morgane Imbeaud (claviers et chant). Le chanteur Mark prévient d’entrée jeu que le set se fera sans boîte à rythmes, apparemment oubliée et donc restée à la maison. Ainsi, c’est dans une formule encore plus dépouillée que le duo se produira. Inspirée par Sufjan Stevens ou Syd Matters, la musique pop/folk délicate de Cocoon est simple, attendrissante et gentiment naïve. Rien de révolutionnaire certes, c’est un poil linéaire ; mais l’ensemble tient la route… Leur titre Chupee est celui qui fonctionne le mieux, ukulélé et refrain simplissime à l’appui. Malheureusement, au sein du public (venu en masse pour les explosifs Stuck In The Sound), la mayonnaise ne prend pas véritablement… le brouhaha incessant brouille les cartes : difficile de se mettre dans l’ambiance intimiste qui émane des morceaux de Cocoon. Dommage pour cette fois.

Diving With Andy (photos n°2 et n°3), trio présent sur le CQFD 2006,  investit ensuite la petite scène de la salle de la Porte de la Villette. Augmenté de deux cuivres, le groupe délivre une pop-folk feutrée et élégante, dont le principal atout réside indéniablement dans le chant suave de Juliette Paquereau. Devant un public dissipé, cette dernière habite des titres comme Andrew ou Manderley de son timbre chaud et légèrement éraillé. Moon River, reprise du classique de Henry Mancini, clôt un set honnête mais quelque peu figé. Diving With Andy ne manque pourtant pas d’arguments musicaux, mais sur scène, le groupe gagnerait à faire preuve d’un peu plus d’engagement.

Tête d’affiche de la soirée, les Stuck in the Sound (photos n°4 et n°5) ont fait du chemin depuis leur place d’honneur à l’édition 2005 du concours CQFD. Composé de véritables stakhanovistes de la scène, le quatuor devait se sentir un peu à l’étroit dans le costume "Inaperçu" proposé par le festival mais qu’importe. Aprés la traditionnelle interview vidéo diffusée sur les écrans du Glaz’art  (à voir sur le site du festival), José et sa bande entrent en scène, bien décidés à électriser une soirée jusque là assez calme. Les tubes de leur premier album ("Nevermind the living dead") produisent leur effet sur l’assistance qui sort soudain de sa torpeur. Le fantôme des Pixies sirote une bière au bar et écoute d’une oreille bienveillante ces petits français lui rendre hommage. L’enchaînement de Cramp Push and Take It Easy et de l’emblématique Toyboy démontre l’aisance du quatuor francilien pour les joutes scéniques. Avec Delicious Dog ou Don’t Go Henry, le soufflet ne retombe pas bien au contraire. De plus le groupe peut se vanter de posséder en José Reis Fontao un leader charismatique et prompt à fédérer un public. Les Stuck in the Sound ne resteront probablement pas longtemps coincés dans le son tant les marches de la gloire semblent leur tendre les bras.

Par Thomas, Tilda et

Chroniqueur
  • Publication 126 vues7 février 2007
  • Tags
  • Partagez cet article