"> Bang Gang & + Keren Ann @ La Cigale - 06 novembre 2003 - Live Report - Indiepoprock

Bang Gang & + Keren Ann @ La Cigale – 06 novembre 2003


Festival Les Inrocks, La Cigale, le 6 novembre 2003. Syd Matters, Thomas Winter et Bogue, Keren Ann,Bang Gang. On croit rêver en voyant une telle affiche. Je n’ai pu assister aux prestations des premiers qu’on a qualifié de « décevantes », ici et là, à la fin du concert. Ayant pris énormément de retard, chaque groupe ne […]

Festival Les Inrocks, La Cigale, le 6 novembre 2003. Syd Matters, Thomas Winter et Bogue, Keren Ann,Bang Gang. On croit rêver en voyant une telle affiche. Je n’ai pu assister aux prestations des premiers qu’on a qualifié de « décevantes », ici et là, à la fin du concert.

Ayant pris énormément de retard, chaque groupe ne jouera qu’une heure. Keren Ann entre en scène aux alentours de 21 heures. On la sent intimidée et très heureuse à la fois. Elle reproduit fidèlement (trop peut-être?) les chansons de son dernier album. Elle chante très juste. C’est plutôt jouissif car elle parvient à une prestation très originale avec une formation classique (guitares, basse, batterie, clavier). Elle est très discrète, parle peu, tout juste pour dire merci ou noter la présence de bruyants amis islandais dans l’audience. Et pourtant….le courant passe immédiatement.

Bang Gang et Bardi Johannsson entre en scène et fait retentir un énorme gong. Le ton de la soirée est donné: humour et démesure. Formé au milieu des années 90, ils sont encore assez peu connus en France, leur précédent album « You » (sorti en octobre 2000) s’étant vendu à 10 000 exemplaires chez nous. On entendra surtout « Something Wrong », la quasi-totalité de l’album pour être précise, ce soir là, à une ou deux exceptions près. Un excellent concert même si complètement inadéquat à l’ampleur de la salle. Un problème majeur car leur musique est très envoûtante et planante. Une prestation plus pop/rock que trip hop/folk (tonalité de l’album) nous sera servie. Avec Bardi, deux guitares, trois violons et un violoncelle, une batterie, une basse,trois choristes et deux chanteuses occasionnelles -Keren Ann et Phoebe Tolmer-, nous pouvons dire que les choses n’ont pas été faites à moitié!

Les puristes regretteront donc l’absence du chanteur de Gus Gus, Daniel August et surtout de Nicolette, repérée sur « Protection » de Massive Attack,présents sur le disque. Le point culminant du set sera, sans conteste, la très rafraîchissante reprise de « Stop In The Name Of Love » des Supremes. Non, nous ne sommes pas à un concert des Bee Gees, même si ça en a tout l’air….Impression déjà présente sur le disque mais décuplée sur scène. Bardi nous gratifie d’un humour très scandinave: « Tous à poil! ». C’est peut-être ce que voulait dire mon voisin en déclarant « Ce type, c’est un Kings Of Convenience à lui tout seul! »……

Chroniqueur