"> Bombay @ Point Ephémère - 03 avril 2016 - Live Report - Indiepoprock

Bombay @ Point Ephémère – 03 avril 2016


Vous étiez prévenus, il fallait être au Point Ephémère dimanche pour capter les premiers gros rayons de soleil de 2016, les derniers instants du canal vide, les premières foules sur ses quais, les dernières bières de la semaine… et Bombay !

Vous étiez prévenus, il fallait être au Point Ephémère dimanche pour capter les premiers gros rayons de soleil de 2016, les derniers instants du canal vide, les premières foules sur ses quais, les dernières bières de la semaine… et Bombay !

« Get your kicks, get your kicks / Gotta run, run fast from the gloomy grips »

Le trio en provenance d’Amsterdam nous ayant fait danser tout l’hiver, on était impatients d’en être, de frétiller devant la scène tels des poissons (d’avril) tout chavirés devant un champ de plancton. De leur second effort, « Show Your Teeth », on retient la belle énergie déployée, les soubresauts garage et les mélodies pop saveur nineties. Un truc simple, tout bête mais bougrement efficace.

Recette qu’on a retrouvée dimanche soir, dès les premières notes de Sea, imparable attaque qui nous avait immédiatement accroché à l’écoute du disque ; la guitare s’alarme en moins de deux, les frappes de Lisa Ann Jonker imposent le rythme : ce sera vite et fort. En trois minutes, on tombe d’accord, il fait déjà chaud et la température risque de grimper encore. Bleach continue sur cette lancée et fait déferler une vague de bonne humeur parmi l’assistance, aidée du bel équilibre que créent les chœurs (de la batteuse surtout) qui apportent un brin de naïveté adolescente à la chose.

On n’en doutait pas un seul instant mais, de dimanche, il n’y a rien à redire. Bombay a fait le job avec une vigueur et un enthousiasme qui faisaient plaisir à voir et à entendre. Certaines compositions des débuts se sont même frayées un chemin dans la liste des titres au menu et, rodés à l’exercice de la scène comme ils ont semblé l’être, cela nous a permis d’apprécier d’autant l’évolution. Lighten The Low nous a assené un bon coup, le drôle de rappel dissonant mais plein d’amour avec le trio normand Elecampane, première partie attitrée de Bombay sur la dernière tournée, aussi. Mais différemment. Puis Slow Motion aura le mot de la fin dans une ultime transe quasi pogotante : ils se marrèrent et eurent beaucoup de fans.

Chroniqueur
  • Publication 589 vues9 avril 2016
  • Tags Bombay
  • Partagez cet article