"> Dour (1/4) - Live Report - Indiepoprock

Dour (1/4)


Et c’est reparti pour un petit Dour… Première journée chaude mais peu ensoleillée malgré la bonne humeur des festivaliers, les chansons d’Eté 67 et les deux belle étoiles d’AaRON. Ce fut tout de même suffisant pour nous plonger dans le bain. Pour attaquer nous avons choisi d’aller voir les français d’I love UFO (photos n°1 […]

Et c’est reparti pour un petit Dour… Première journée chaude mais peu ensoleillée malgré la bonne humeur des festivaliers, les chansons d’Eté 67 et les deux belle étoiles d’AaRON. Ce fut tout de même suffisant pour nous plonger dans le bain.

Pour attaquer nous avons choisi d’aller voir les français d’I love UFO (photos n°1 et 2), patriotisme oblige. Si musicalement ça se défend, on a du mal à rentrer dedans. Car ce qui pourrait passer pour de la nonchalance voulue et charmante chez certains, apparait clairement comme un manque d’assurance chez eux et le tout donne une impression de fouillis sonore mal maîtrisé. Heureusement pour eux, le public de bonne constitution, venu pour se défouler, a de l’énergie à revendre et le rock noisy d’I love UFO réussit à animer quelque peu les corps à défaut de réchauffer les coeurs.

Rien à voir avec la prestation réussie du duo très en vogue de dandys AaRON (photos n°3, 4 et 5), dont les membres ont juste à montrer l’ourlet de leur costume pour déclencher les cris d’hystérie des fans amourachées. C’est avec l’unique titre en français qu’ils débutent leur concert. Dès le deuxième morceau, Simon se sent suffisamment à l’aise pour se lancer dans une danse endiablée, le tout dans un superbe halo de lumière rouge. . Certes U-Turn (Lili) vire rapidement à la séance karaoké et Bachelorette, la reprise de Björk semble bien palotte bien que l’intention soit bonne, mais il y a quelques bons moments comme Little Love interprétée à la manière d’une berceuse enfantine ou Blow et O-Song et leurs rythmiques hyper accrocheuses. Loin du show son et lumière magistral des Bouffes du Nord en mai dernier, ce concert reste quand même plaisant.

Seul groupe belge et seul concert en plein air vu ce jour : il s’agit d’Eté 67 dont le batteur a choisi une tenue de circonstance – il est torse nu. Si officiellement nous sommes bien en été, la météo lui fait défaut vu qu’il pleuvra durant l’intégralité du concert. Le public est nombreux et habitué des prestations des liégois, vu qu’ils jouissent ici d’une autre renommée qu’en France. Bien sûr, ils jouent tous leurs tubes: Tu N’Es Pas Là, Marcher DroitLe Quartier De La Gare… mais ménagent des pauses avec deux reprises, une de Jacques Dutronc et une du Velvet Underground, unique titre en anglais, moins convaincant. On déplorera l’absence de Restaurant Chinois mais le concert est correct dans l’ensemble.

Ainsi donc, les impressions de cette première journée sont à l’image du temps : mitigées. Il y a fort à parier que le lendemain sera plus attrayant.

Kim
Chroniqueur
  • Publication 163 vues12 juillet 2007
  • Tags
  • Partagez cet article