"> Dour (4/4) - Live Report - Indiepoprock

Dour (4/4)


On veut du soleil mais trop c’est trop. Sous cette chaleur accablante on a tout juste trouvé le courage de se traîner sous un chapiteau entre deux conférences de presse. Tous les groupes un peu connus jouant à la fraîche après 20h, nous devons malheureusement couper court aux festivités pour cause de dernier train. Eh […]

On veut du soleil mais trop c’est trop. Sous cette chaleur accablante on a tout juste trouvé le courage de se traîner sous un chapiteau entre deux conférences de presse. Tous les groupes un peu connus jouant à la fraîche après 20h, nous devons malheureusement couper court aux festivités pour cause de dernier train. Eh oui des fois les choses ne se passent pas comme on le souhaiterait : Dour dour…

Ne jamais se fier aux premières impressions, telle pourrait être la leçon de ce concert de The Thermals. Même si c’est bien Serge Gainsbourg que l’on entend en fond sonore, le public composé en grande partie de jeunes gens à gros bras et à l’air peu engageant ne laisse aucun doute, c’est de rock dont il est question. Or lorsque les membres de the Thermals débarquent on est surpris : voici trois grands gamins dont une jeune fille à la basse, proposant un rock ultra-rapide destiné à faire exploser les tympans. Au mieux cela s’apparente à The Wedding Present, au pire à Green Day, et l’ombre de Placebo n’est jamais très loin. Rien d’original mais leur jeu est sincère et la réaction spontanée du public fait plaisir à voir.

Plus tard c’est sous une autre tente que nous nous rendons, attirés par la musique qui s’en dégage. Il s’agit de Jerboa et son électro-rock dansant qui a invité pour l’occasion le chanteur de The Van Jets et une chanteuse dont le nom ne nous est pas familier.  Dommage que nous soyons arrivés un peu tard car le peu que nous en avons vu nous a convaincus.

Convaincant également mais dans un genre nettement plus apaisé, les texans de Denton Midlake (photos n°1, 2 et 3) jouent leurs très jolies chansons devant un public trop clairsemé. Ils nous offrent une nouvelle composition un peu plus rythmée mais d’une qualité toujours aussi irréprochable.

Rien qu’au nom on peut s’y attendre : on ne va pas rigoler. Les membres de Black Rebel Motorcycle Club (Photos n°4, 5 et 6), un pavillon pirate menaçant planté en fond de scène, se distinguent par la beauté sombre de leurs compositions et leurs tenues assorties. Seulement c’est en plein soleil qu’ils jouent ! Ils enchaînent leurs chansons sans peine imposant leur marque sur un public tout acquis à leur cause.

En conclusion, dressons un bilan concis, simple et complètement subjectif.

On a aimé : l’affiche bien fournie, éclectique et alléchante, regroupant 200 artistes dont beaucoup de nos chouchous belges, les performances sincères et réussies de la plupart des groupes vus durant ce long weekend, les sons plaisants s’échappant des scènes nous permettant de découvrir de nouveaux artistes. On a aussi aimé rencontrer plein de gens sympathiques dans la foule, devant les scènes ou à l’espace presse, le soleil, la bonne humeur et les milkshakes au speculoos.

On n’a pas aimé : les horaires de concerts qui se chevauchent, les changements de programme pas ou mal annoncés, les navettes qui arrêtent de circuler à 18h, les groupies hystériques et l’odeur de vinaigre qui émane du sol et se répand sur tout le site… Mais tout ceci ne nous empêchera certainement pas de revenir l’année prochaine !

Crédit photos: Maddy Julien

Lire le live-report du jeudi 12 juillet (1/4)
Lire le live-report du vendredi 13 juillet (2/4)
Lire le live-report du samedi 14 juillet (3/4)

>> Lire les autres live-reports de festivals 2007

Kim
Chroniqueur
  • Publication 168 vues15 juillet 2007
  • Tags
  • Partagez cet article