"> Lo'jo @ La Maroquinerie - 05 avril 2007 - Live Report - Indiepoprock

Lo’jo @ La Maroquinerie – 05 avril 2007


Pour son vingt-cinquième anniversaire, Lo'Jo, en plus d’une compilation intitulée "Tu connais Lo'jo ?" s’est offert un véritable squat de trois jours à La Maroquinerie : projections murales dans le bar du fond, petit châpiteau-musée dans la cour intérieure, la tribu angevine est partout. Fidèle à sa légendaire hospitalité, elle invite le quidam à vagabonder en ces lieux à partir de 18h.

Chaque soir, une première partie entame la soirée. C’est le tour de Beau Catcheur. Composé de Fred Poulet (chant et gestes) et de Sarah Murcia (contrebasse et sifflement), cette petite formation interlope s’amuse à reprendre des standards de la chanson française (Comme d’habitude) ou internationale (My heart belongs to daddy) sur un ton très détaché et en modifiant parfois les textes comme sur cette reprise d’Il tape sur les bambous où l’on sent toute la consternation de Fred Poulet à chanter des paroles aussi… vides. La gestuelle minimaliste associée aux mimiques Buster Keaton font de Beau Catcheur une amusante curiosité sur scène.

C’est l’heure du changement et des gesticulations habituelles de l’entre-deux. Une musique se fait entendre, connue… Zenzile, groupe de dub français auxquelles ont participé les deux chanteuses de Lo’jo : nous sommes toujours dans la tribu. Le groupe entame avec En la taberna del domingo comme pour confirmer au public qu’il a frappé à la bonne porte. Suivront l’essentiel des titres de leur dernier album « Bazar Savant » entrecoupés de morceaux moins récents comme l’Arène des audacieux ou Un grand voyage.

Tous les ingrédients de la musique de Lo’jo sont là : les voix aux frontières des Balkans et de l’Atlas des deux sœurs Nadia et Mina, des lumières impeccables accompagnées de projections, les mimiques de Denis Péan, d’étranges orteils nus, une basse groove, des instruments aux sonorités insolites, un public chaleureux. Auxquels est venue s’ajouter pour un soir une trompette très juste, très belle et qui, on peut l’espérer, laisse présager une suite à cette collaboration d’un soir.

Lo’jo avait réservé au public de La Maroquinerie l’avant-première de « Bazar Savant », il était donc dans l’ordre des choses que pour fêter ses vingt-cinq ans, le groupe angevin choisisse un univers familial et chaleureux.

Chroniqueur
  • Publication 178 vues5 avril 2007
  • Tags Lo'jo
  • Partagez cet article