"> Strand Of Oaks @ l'Espace B - 22 octobre 2014 - Live Report - Indiepoprock

Strand Of Oaks @ l’Espace B – 22 octobre 2014


La salle ne payait pas de mine vue de l'extérieur. Si ce n'était la guirlande qui éclairait la façade et la grappe de hipsters sirotant une bière sur le trottoir on aurait pu la confondre avec un bar de quartier tout ce qu'il y a de plus basique. Mais ce qui s'y est joué était unique.

La salle ne payait pas de mine vue de l’extérieur. Si ce n’était la guirlande qui éclairait la façade et la grappe de hipsters sirotant une bière sur le trottoir on aurait pu la confondre avec un bar tout ce qu’il y a de plus basique. D’ailleurs en pénétrant le lieu c’est bien ce dont il s’agit: un restaurant de quartier sans prétention, comme en témoigne quelques fidèles au bar, mais qui cache en fond de salle un espace de concerts.
Une petite centaine de personnes avait investi la salle hier soir. Public bigarré, de tous âges, venu pour écouter celui que les inrocks décrivent à juste titre comme « le gros nounours du rock ».

Le groupe s’installe et il faut attendre le second titre pour que la magie opère. Le morceau d’ouverture étant quasiment inconnu du public il fera figure de mise en bouche. Puis le concert déroule l’album Heal dont on découvre une nouvelle dimension à travers ce live.
Réarrangés avec un clavier bien plus présent, soutenus par une batterie dingue les morceaux prennent une autre ampleur. Chaque titre nous fait vibrer comme un single en puissance mais c’est clairement sur « JM » que l’instant se fait magique. Pendant plus de 10min les nappes de guitare enveloppent la salle et la font planer. Incroyable morceau d’une beauté fragile et assurée à la fois. Thimothy sait faire pleurer sa guitare, aucun doute là-dessus.

Car c’est bien de cela dont il s’agit, sous des allures de gros dur, c’est de la sensibilité mise en musique. Rien d’autre. De la musique à l’introduction des morceaux, tout est dit avec une sincérité désarmante. Mais c’est lors de la présentation des musiciens qu’on réalise qu’il est simplement lui-même, brut de décoffrage, tant on est loin des anecdotes et qualificatifs éculés souvent servis à ce moment des concerts. Lui est juste humain et ultra sensible.

Il reviendra d’ailleurs seul sur scène avec sa guitare pour  une reprise du Boss « Used Cars » qu’il ne joue que quand il se sent « en famille ». Comme pour lier l’acte à la parole, il redescendra et gratifiera quelques spectateurs d’un « hug » sincère et spontané. « Nounours du rock » jusqu’au bout.

Finalement hier soir nous étions une petite centaine de gens venus écouter une bande de potes dans leur garage, sauf que ces potes là ont un vrai talent et un véritable sens du partage.

 

Chargée de relations extérieures
  • Publication 445 vues4 novembre 2014
  • Tags Strand of Oaks
  • Partagez cet article
Strand Of Oaks @ l'Espace B - 22 octobre 2014
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment