"> Stuck in the Sound + Scratch Bandits Crew + Marble Players @ L'Autre Canal - 17 mars 2012 - Live Report - Indiepoprock

Stuck in the Sound + Scratch Bandits Crew + Marble Players @ L’Autre Canal – 17 mars 2012


Cinq ans d’existence, ca se fête ! Surtout quand les autres salles de concerts de la ville ferment leurs portes les unes après les autres (Vertigo, Ostra) ou tiennent difficilement (Le Hublot) dans une industrie du disque et du spectacle en tourmente. L’Autre Canal, figure de proue du renouveau des rives de Meurthe, construite en […]

Cinq ans d’existence, ca se fête ! Surtout quand les autres salles de concerts de la ville ferment leurs portes les unes après les autres (Vertigo, Ostra) ou tiennent difficilement (Le Hublot) dans une industrie du disque et du spectacle en tourmente. L’Autre Canal, figure de proue du renouveau des rives de Meurthe, construite en 2007 entre les anciens abattoirs et les entrepôts, avec son architecture emblématique , se veut un lieu de diffusion de la culture musicale, proposant concerts, résidences d’artistes, conférences, master class et un espace multimédia très fourni.

Pour souffler ses cinq bougies, l’Autre Canal a fait le choix d’une programmation très électro avec l’équipe de Marble Players (Para One + Surkin + Bobmo) et Scratch Bandits Crew qui proposent des sets certes maitrisés mais pas très communicatifs (les longues plages solitaires d’Ezra, human beat box). Un choix étrange pour fêter cinq ans de vie et de concerts que ces sets trop monolithiques. L’arrivée de Stuck in the sound sur scène à minuit siffle donc la fin des lamentations électro et donne un souffle live à la soirée avec leurs brûlots pop joués pieds au plancher. Le single Brother, avec sa rythmique entêtante et son refrain, enflamme le public et accélère encore un peu le tempo. La musique des parisiens, que l’on compare souvent à celle des Pixies, très produite sur le dernier album (l’indispensable « Pursuit »), prend des couleurs plus rock en live. Le chant de José fait le grand écart entre Jeff Buckley et Michael Jackson, les guitares se font plus corrosives, soutenues par une section rythmique musclée (l’impressionnante montée sur Let’s go ). La pop des albums se transforme ici en brûlot punk, mené par un chanteur survolté. Après un joyeux anniversaire improvisé, le groupe se lance dans ses hommages anniversaires avec le décennal Toy Boy qui révéla Stuck in the sound en 2002, efficace comme à la première heure. Delicious Dog complète cette séquence revival, prouvant qu’en dix ans les Stuck in the sound n’ont rien perdu de leur fougue et pourraient nous en mettre plein les oreilles pendant quelques années encore. Le set est plié en une heure pour laisser déjà la place aux platines.

Les quelques gâteaux à l’entrée de la salle rappellent que c’est une soirée anniversaire mais l’absence d’autres groupes live et notamment de formations du cru laissent un goût amer que les DJ de radios locales tenteront de faire oublier le restant de la nuit avec leurs disques.

Chroniqueur