"> The Joy Formidable + The Temper Trap :: Paris [Nouveau Casino] :: 18 décembre 2009 - Live Report - Indiepoprock

The Joy Formidable + The Temper Trap :: Paris [Nouveau Casino] :: 18 décembre 2009


Contrairement à la majeure partie du public qui a osé braver le froid et la neige ce vendredi pour venir au Nouveau Casino, nous ne sommes pas là pour voir The Temper Trap, la tête d’affiche de la soirée, mais une fois n’est pas coutume nous sommes venus pour la première partie. Ce rôle parfois […]

Contrairement à la majeure partie du public qui a osé braver le froid et la neige ce vendredi pour venir au Nouveau Casino, nous ne sommes pas là pour voir The Temper Trap, la tête d’affiche de la soirée, mais une fois n’est pas coutume nous sommes venus pour la première partie. Ce rôle parfois ingrat est en effet dévolu ce soir aux Gallois de The Joy Formidable, un trio dont on vous a beaucoup parlé cette année puisque auteur d’un EP et d’un premier album.

Les membres de The Joy Formidable (photos 1 à 6) font leur apparition sur les coups de 20h devant une assistance déjà très fournie, il faut dire que la soirée est sold-out. Pourtant peu d’entre eux semblent connaître le trio hormis un petit groupe de fans anglais dans les premiers rangs qui se met à sauter sur place dès les premières notes des Gallois. Premier constat, The Joy Formidable en live c’est le mariage du feu et de la glace. Sous ses airs frêle et chétif, la blondinette Ritzy Brian se révèle très vite être une redoutable bête de scène. Bien vite on ne voit plus qu’elle sur la scène du Nouveau Casino, malgré tout le talent et le respect que l’on a pour la section rythmique. Malgré son regard froid, elle hypnotise le public qui réagit favorablement aux déflagrations soniques de Cradle, The Greatest Light is From The Greatest Shade ou encore Austere. Quelques titres, dont l’excellent Whirring qui conclut le set, ont droit à un final apocalyptique qui vaut aux Gallois une belle ovation d’un public pas forcément conquis d’avance, ce qui n’était pas notre cas. On a ainsi pu vérifier que leur mélange noisy/shoegaze se mariait parfaitement avec l’exercice parfois périlleux de la scène. On espère bien revoir le trio l’an prochain avec pourquoi pas un nouvel album et un set, de fait, un peu plus long que les 30 minutes de ce soir.

Si le Nouveau Casino affiche complet ce soir, c’est pour la venue des Australiens de The Temper Trap (photos 7 à 9), un groupe que l’on découvre. La présence de 3 guitaristes sur scène laisse augurer d’un gros son se dit-on lorsque le groupe apparait sur scène. Et bien non…ou plutôt pas tout à fait. Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, les Temper Trap pratiquent un mélange de rock (FM) et de groove, le tout interprété par un chanteur qui minaude sans arrêt, avec un timbre faisant souvent penser à…Mika. Leurs compositions nous laissent froid comme la température régnant sur l’Hexagone en ce moment, ce qui n’est pas le cas du public, en majorité féminin, présent ce soir qui réagit avec moultes applaudissements, avant et après les morceaux. Le groupe s’est fait connaître avec un titre présent sur la B.O du film « 500 jours ensemble » et devrait à coup sûr emporter les suffrages auprès d’un large public avec des bluettes telles que Sweet Disposition, Fader ou Love Lost. Mais cela se fera sans nous….

Crédit Photos : Michela Cuccagna

Chroniqueur
  • Publication 132 vues18 décembre 2009
  • Tags
  • Partagez cet article