"> Woodkid @ Forest National - 20 février 2014 - Live Report - Indiepoprock

Woodkid @ Forest National – 20 février 2014


Un condensé d'amour et d'émotions

Yoann Lemoine alias Woodkid n’est plus vraiment à présenter vu sa notoriété de plus en plus croissante en à peine deux ans ! Depuis la sortie de son album « The Golden Age » début 2013, le jeune prodige lyonnais n’a pas arrêté de tourner et c’est un vrai bonheur pour nos yeux et nos oreilles ! Nous avons pu en avoir la confirmation la semaine dernière à Bruxelles lors de son show à Forest National. 2 heures de live de folie que nous allons essayer de vous retranscrire de la façon la plus juste.

Tout d’abord, grosse découverte pour la première partie avec l’artiste Thomas Azier. La mise en scène est pas mal avec des jeux de lumière assez sympas qui nous plongent déjà dans l’ambiance de Woodkid. Au niveau de l’artiste, aucun faux pas. Une très jolie voix et une puissance impressionnante qui donne envie de suivre de près ce jeune berlinois.

Après cette mise en bouche, l’heure est venue d’entrer dans le vif du sujet. Le petit (oui littéralement car il est effectivement assez petit de taille) Woodkid fait son apparition. Dès la première seconde, on sent l’émotion l’envahir. Il a l’air touché de l’enthousiasme du public. Il commence par quelques petits mots puis show commence. Sur scène, il n’est évidemment pas tout seul et pas moins de six musiciens l’accompagnent. Derrière eux se trouve un écran géant qui va nous en faire voir de toutes les couleurs. Les images qui passent sur l’écran rappellent très fortement l’ambiance des clips de Woodkid. On y retrouve le symbole des clés qui sont d’ailleurs tatoués sur les avant bras du jeune chanteur. Entre les images, les jeux de lumières et le son, tout s’accorde merveilleusement bien. Par contre, il ne fallait pas être épileptique, au risque de faire une crise instantanée. Car les jeux de lumières étaient très beaux mais tout de même un peu violents à certains moments. Mais peut être que dans la fosse, les gens se sentaient moins agressés par les projecteurs.

Après avoir parlé ambiance, installation et tatouages, rentrons dans le vif du sujet : le show, la musique, la voix de Yoann Lemoine ! Parce que tout de même c’est ça qui est important pour un concert.

L’introduction est magistrale. Les cuivres s’imposent et la montée d’adrénaline est immédiate. Clairement, ces musiciens font 50% (voir plus) du show. Mais Yoann Lemoine est à la hauteur et nous a impressionné. Il a une puissance vocale assez incroyable, tout en laissant filtrer beaucoup d’émotion. Seule ombre au tableau, à certains moments, la musique du sextet prenait le dessus au point d’étouffer la voix. A côté du show musical, Woodkid nous a aussi offert quelques petites anecdotes assez sympathiques. Grâce à ces petits discours, on pouvait en apprendre un peu plus sur le garçon. Ce qui est touchant chez lui c’est sa proximité. Il a beau jouer devant des milliers de personnes, il reste dans un comportement très intimiste avec son public et semble sincère.

Bien sûr, ses titres les plus emblématiques ont tenu le haut du pavé, notamment Iron ou encore Run Boy Run. A ce moment là, le public est entré en folie et, à la fin du concert, on a eu le droit à un rappel où toute la salle s’est mise à chanter l’air de Run Boy Run pour faire revenir le jeune prodige sur scène. Woodkid est réapparu l’air complètement halluciné. Lui même n’arrivait pas à croire ce qu’il voyait et entendait. Beaucoup d’émotions pour tout le monde et un concert qui restera dans les annales. Bravo l’artiste et bravo au groupe ! Aussi bien entouré, Yoann Lemoine n’a pas grand-chose à craindre.

Chroniqueur
  • Publication 317 vues3 mars 2014
  • Tags Woodkid
  • Partagez cet article
Woodkid @ Forest National - 20 février 2014