"> Rock en Seine - Indiepoprock

Rock en Seine

Michael Franti & Spearhead entament le festival avec leur melting pot de diverses musiques black et de paroles hyper-engagées (écouter « Bomb The World », Armageddon Version). Suit Fort Minor (le projet hip-hop de Mike Shinoda, MC de Linkin? Park)

18h30 : THE ARCADE FIRE
Le groupe d?indie-rock québécois possède une très forte personnalité, avec un look de famille Amish ou de pilgrim fathers, et une volonté de se débrouiller sans majors sur le marché du disque. Leur album « Funeral » est néanmoins fort bien produit (pour un budget ridicule), et leurs prestations scéniques sont vivantes et enivrantes. Pas étonnant qu?il y ait un tel buzz sur ce groupe formé il y a seulement deux ans par le couple Win Butler / Régine Chassagne. Il n?est plus à démontrer que leur ville d?origine, Montréal, est un vivier d?artistes hors du commun dans le rock indé.

Sur scène, leur set reprend donc tout le meilleur de l’album, alternant passages doux et intimistes, et envolées surpuissantes faites de ch?urs, violon, accordéon, xylophone, claviers et percussions diverses. Le chant plaintif et sur le fil de Win est émouvant, et les nappes de violon sont envoûtantes. L?univers d?Arcade Fire évoque un monde chaleureux, poétique, baroque? dans lequel on se prend à voyager. Aux instruments, c?est un peu les chaises musicales ; d?ailleurs Régine passe du clavier à l?accordéon, et finit à la batterie. Le lieu est peut-être même trop grand pour Arcade Fire ; ils pourraient certainement remplir des Zenith, mais l?ambiance dégagée par le groupe s?accorderait plus avec une petite salle ; l?émotion communiquée en serait décuplée.

20h15 : QUEENS OF THE STONE AGE
QOTSA est depuis un moment considéré comme l?un des plus grands groupe du monde en live. Euh, eh bien, oui. Que dire de plus ? Leur son est énorme et leurs compos sont déjà inscrites dans tous les dictionnaires de rock. Et puis, ils ont tous des ‘gueules’, surtout le batteur (Joey Castillo), toujours torse nu, sorte d?incroyable Hulk chicano. Sur scène, le dernier album « Lullabies to Paralyze » est bien représenté: In my head, Burn the witch, Little sister? Et pour citer les morceaux de l’album « Songs for the deaf » : énorme A song for the deaf et son intro surpuissante ; excellente version live de No one knows , of course jouée à la fin, comportant en plein milieu un break hyper doux suivi d?un furieux solo de guitare de 3 minutes.

Sinon, Josh Homme discutait pas mal avec le public entre les morceaux ; il allait bien (il a mal à un genou depuis son opération juste avant la tournée ; la fatigue l?a contraint à annuler le concert de Stuttgart du 30 août). Bref, QOTSA, ce n?est pas que du stoner-rock ; c?est mélodique, chargé d?émotion, et sur scène, c?est du grand spectacle.

22h00 : PIXIES
Après avoir sorti une compilation en 2004, les Pixies tournent régulièrement dans le monde entier pour le bonheur des fans de la première heure. Et c?est assez exaltant de voir entrer en scène ce groupe mythique et inspirateur de tant d?autres formations. Where is my mind est joué quasiment au début comme si le groupe voulait se débarrasser de ce tube archi-collant (j?aurais bien aimé une version un peu rallongée, snif). Le concert est donc un enchaînement de tubes : Monkey gone to heaven, Holiday song »? en attendant un nouvel album (rumeurs). Franck Black est énorme (dans tous les sens du terme), Kim Deal a l?air complètement défoncée, et les fans sont aux anges…

Chroniqueur
  • Publication 316 vues25 août 2005
  • Tags
  • Partagez cet article