"> YGGL - Gaijin - Indiepoprock

On a aussi écouté YGGL – Gaijin

YGGL, le One-Man band de Yrwan Garcia Leal, est déjà actif depuis 2017, distillant un post-punk de plus en plus sombre, de plus en plus habité. Issu du monde de la glisse, ancien snowboardeur pro, le musicien – à l’instar d’un autre brillant solitaire, Jessica 93 – a décidé de développer sa musique sans l’apport d’un groupe.

Voyageant, armé de sa guitare électrique, d’un looper et de boîtes à rythmes, d’un stoner maléfique au grunge le plus violent, jusqu’aux rives de la cold. Pour enfin, avec cet album remarquable, enflammer sa musique, au point de lui donner des allures de messe païenne, littéralement hantée.

Difficile de ne pas être transporté par un disque incandescent, traversé par cette voix éraillée, d’outre-tombe, cette guitare à la lourdeur de plomb déversant des mélodies brûlées.

On devine, bien sûr, toute l’influence des années 90, ces années qui virent le rock percuté de plein fouet par le hip hop, et sauvagement abîmé par Nirvana. Il ne s’en remettra jamais vraiment. Et c’est tant mieux, cela fait si longtemps que l’on attend la suite de ces mutations radicales. Incontestablement « Gaijin » s’inscrit dans cette démarche.

Concentré de tout ce que le post-punk a pu produire de plus passionnant, jusqu’à son implosion contre le mur du rap, le disque jette donc dans ce feu jouissif et salutaire tous les restes du rock indé. Pour en retirer une musique sonique, répétitive, hurlante, furieusement contemporaine. Le génie de YGGL est d’avoir su donner à ses chansons possédées un supplément d’âme. Quelque chose de planant et de profond, qui s’élève au-dessus de ce somptueux chaos électrique.

 

Yan
Chroniqueur
YGGL - Gaijin