"> 65daysofstatic - The Destruction of Small Ideas - Indiepoprock

The Destruction of Small Ideas


Un album de sorti en chez .

7

Contrairement aux Mogwaï et autres Explosions in the Sky, ambassadeurs actuels du mouvement post-rock, 65 Days of Static tarde à se faire un nom en France puisque « The Destruction of Small Ideas » est déjà leur troisième album et seulement le premier à être distribué dans l’hexagone. Auréolé d’une belle renommée quant à ses prestations scéniques, […]

Contrairement aux Mogwaï et autres Explosions in the Sky, ambassadeurs actuels du mouvement post-rock, 65 Days of Static tarde à se faire un nom en France puisque « The Destruction of Small Ideas » est déjà leur troisième album et seulement le premier à être distribué dans l’hexagone. Auréolé d’une belle renommée quant à ses prestations scéniques, le quatuor de Sheffield est de retour deux ans après l’excellent « One Time for All Time », bien décidé à se faire une place au soleil.

Malgré une apparence parfois répétitive, le post-rock instrumental des 65 DoS est beaucoup plus complexe et fourni que l’on pourrait le croire de prime abord. Fourmillant de petites idées d’évolutions pour ce nouvel album le groupe n’en a finalement conservé qu’une douzaine, on sait déjà ce qu’il est advenu du reste. L’un des principaux changements que l’on constate est que si les guitares tiennent toujours le haut du pavé, le piano est de plus en plus utilisé au cours des titres. L’alternance quasi-mathématique de moments calme et bruyant propre au post-rock convient tout à fait à l’utilisation du piano adoptée par les britanniques. C’est notamment le cas sur When We Where Younger & Better et  A Failsafe, les deux titres d’ouverture ou une plage de piano vient apaiser les guitares abrasives avant de voir celles-ci s’enflammer à nouveau.

Le piano tient donc désormais un rôle central dans les compositions du groupe, les boucles de guitares ou les arrangements électro gravitant autour comme sur le single Don’t Go Down to Sorrow ou bien sur Music is Music as Devices are Kisses is Everything qui se voit magnifié par la présence de cordes. Plus brut de décoffrage que celui des écossais Mogwaï, le post-rock de 65 DoS repose le reste du temps sur des murs de guitares noisy soutenues par une rythmique martiale et des samples bienvenus (These Things You Can’t Unlearn, Wax Futures). Habituellement entièrement instrumental, le groupe a eu la bonne idée de demander aux américains de Circle Takes the Square de poser leurs voix sur le dernier titre de l’album, The Conspiracy Of Seeds. Pari gagné.

Qui sait si cette idée ne fera pas son chemin dans l’esprit du quatuor pour un futur opus où ils se risqueront enfin à donner de la voix…

Chroniqueur

Tracklist

  1. When We Were Younger & Better
  2. A Failsafe
  3. Don't Go Down to Sorrow
  4. Wax Futures
  5. These Things You Can't Unlearn
  6. Lyonesse
  7. Music is Music as Devices are Kisses is Everything
  8. The Distant and Mechanised Glow of Eastern European Dance Parties
  9. Little Victories
  10. Primer
  11. White Peak / Dark Peak
  12. The Conspiracy of Seeds