"> Amusement Parks On Fire - Out Of The Angeles - Indiepoprock

Out Of The Angeles


Un album de sorti en chez .

7

Ce n’est un secret pour personne, le revival 80’s bat son plein depuis quelques temps déjà. Tous les genres, sous-genres et sous-sous-genres musicaux de l’époque ont eu droit à leur ravalement de façade version XXIème siècle. Parmi eux, le shoegazing, ce style basé sur l’utilsation immodérée de murs de guitares saturées d’effets, et qui tire […]

Ce n’est un secret pour personne, le revival 80’s bat son plein depuis quelques temps déjà. Tous les genres, sous-genres et sous-sous-genres musicaux de l’époque ont eu droit à leur ravalement de façade version XXIème siècle. Parmi eux, le shoegazing, ce style basé sur l’utilsation immodérée de murs de guitares saturées d’effets, et qui tire son nom de la propension des guitaristes à garder la tête baissée, les yeux rivés à leurs pédales d’effets… et donc leurs chaussures ( « shoe gazing » : matage de chaussures).

Michael Feerick est encore un adolescent lorsqu’il décide en 2004 de monter son propre parc d’attraction musical sur un premier album, bien accueilli, qu’il compose et interprète entièrement seul. Feerick s’entoure alors d’un groupe afin de trimbaler son manège sur les scènes et festivals rock de la planète. « Out Of The Angeles » vient à point nommé, deux ans plus tard, afin de vérifier que l’arrivée du groupe n’a pas dilué la créativité de son leader.

Premier constat, si les mélodies noisy sont toujours à l’honneur et le shoegazing plus que de rigueur sur la première moitié de l’album, on sent que la bande à Feerick a donné du corps à ses nouvelles compositions. La rythmique, plus présente et agressive que précédemment, accompagne à merveille les nappes de guitares (No Lite No Sound, A Star is Born).

Moins torturé, le son du quatuor se veut plus direct, plus mûr, peut-être plus accessible aussi. In Flight et Blackout représentent assez bien la nouvelle tendance d’Amusement Parks on Fire pour les mélodies plus directes et les riffs plus puissants. Comme sur des montagnes russes, « Out Of The Angeles » possède aussi ses moments de calme. l’apparition de cordes sur At Last the Night ou So Mote it be permet de souffler avant le superbe looping final que constituent Await Lightning et Cut to Future Shock, deux titres très longs qui terminent en apothéose un album réussi.

Si les murs de guitare ne vous soulèvent pas le coeur, si les nappes de synthés ne vous restent pas sur l’estomac, si vous aussi vous hochez la tête en fixant vos chaussures, prenez un ticket et laissez-vous embarquer dans le grand huit atmosphérique d’Amusement Parks on Fire.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Out of the Angeles
  2. A Star Is Born
  3. At Last the Night
  4. In Flight
  5. To the Shade
  6. So Mote It Be
  7. Blackout
  8. Await Lightning
  9. No Lite No Sound
  10. Cut to Future Shock
  11. The Day It Snowed
  12. I Think of Nothing
  13. City of Light
  14. Álafoss Exit
  15. Solera la Reina
  16. Motown Ritual
  17. Back to Flash