"> Arctic Monkeys - AM - Indiepoprock

AM


Un album de sorti en chez .

7

Les anglais en auraient-ils fini avec leur grosses rythmiques et leurs guitares saignantes ? On pourrait le croire sur ce cinquième album, déjà encensé par la presse anglaise (10/10 pour le NME !).

Les Arctic Monkeys ont succombé aux sirènes du revival disco et sortent de leur sillon creusé à grands coups de médiator pour s’aventurer vers des espaces plus groovy avec des balades pop mid tempo, chargées de chœurs et de beats métronomiques. « AM » est le premier album des Arctic Monkeys que vous pourrez écouter à fond sans faire hurler vos voisins.

Ce cinquième album sort au milieu d’une tournée marathon qui a permis au groupe de tester certaines  compos et de trouver sa voie. L’album profite aussi des belles rencontres et influences du groupe : Josh Homme, Pete Thomas (batteur d’Elvis Costello) et Bill Ryder-Jones (guitariste de The Coral). L’influence du leader des Queens of the Stones Age n’est pas un secret et il n’est donc pas surprenant qu’il laisse ici une trace de leur collaboration. John Cooper Clarke a participé à l’écriture de I Wanna Be Yours. Produit par James Ford et co-produit par Ross Orton aux studios Sage & Sound Recording à Los Angeles et au Rancho De La Luna à Joshua Tree, « AM » a été enregistré par Ian Shea et mixé par Tchad Blake (Black Keys).

Le single Do I Wanna Know? ouvre magistralement l’album : un riff entêtant, une patte lourde, un chant lent et solennel, des chœurs au garde à vous, une mélodie somptueuse, toute la bande regroupée autour du chant et de la guitare de Turner. Hormis quelques exceptions (le claquant R U Mine ?,I want it all), le groupe sort ici des raccourcis faciles (et efficaces), des gros riffs cinglants et destructeurs qui les ont fait connaitre. Le rythme est plus tranquille, très groovy, voire disco. Là où, habituellement, de grosses guitares venaient casser la monotonie, Alex Turner pose ses textes sobrement, abusant de sa voix de crooner, souvent appuyé par des chœurs. Sur One for the road, Turner crache son texte sur des beats de clubs. Plus loin, N°1 Party Anthem rappelle que les balades larmoyantes ne sont pas le point fort de la bande. On se serait passé de Mad Sounds, ses chœurs guimauve et ses claviers fumeux. De petites faiblesses vite oubliées à l’écoute  du magistral Fireside, pépite pop planante avec ses claviers cristallins, son chant aérien et des arrangements chiadés, qui rappellent que Turner puise toujours le meilleur de ses aventures hors Arctic Monkyes (on parle d’un prochain Last Shadow Puppets). Knee socks avec ses chœurs R’n’B et son gimmick simpliste, son beat disco, s’il risque de surprendre les puristes, devrait leur ouvrir les portes des clubs et des radios.

En dix ans et quatre albums, les Arctic Monkeys ont marqué leur territoire, en siphonnant les réservoirs des fans de rock à guitares. Si le risque n’est pas énorme, « AM » marque un léger virage dans la discographie du groupe. Un virage soigneusement abordé pour un résultat convaincant.

 

Chroniqueur
  • Lien d'écoute
  • Publication 814 vues10 septembre 2013
  • Tags Arctic MonkeysDomino
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Do I Wanna Know?
  2. R U Mine?
  3. One For The Road
  4. Arabella
  5. I Want It All
  6. No. 1 Party Anthem
  7. Mad Sounds
  8. Fireside
  9. Why'd You Only Call Me When You're High?
  10. Snap Out Of It
  11. Knee Socks
  12. I Wanna Be Yours