"> Asian Dub Foundation - Tank - Indiepoprock

Tank


Un album de sorti en chez .

ADF, c’était il y a dix ans déjà, un gros pavé dans la mare jungle, à peine remise du Timeless de Goldie. Aujourd’hui, le groupe sort son cinquième album. Même si des morceaux comme Flyover ou Powerlines nous montrent que la puissance drum’n’bass est toujours là, les ADF ont considérablement élargi leur champ d’action. Déjà […]

ADF, c’était il y a dix ans déjà, un gros pavé dans la mare jungle, à peine remise du Timeless de Goldie. Aujourd’hui, le groupe sort son cinquième album.

Même si des morceaux comme Flyover ou Powerlines nous montrent que la puissance drum’n’bass est toujours là, les ADF ont considérablement élargi leur champ d’action. Déjà présents sur le précédent album, MC. Spex et surtout Ghetto Priest, les deux tachtcheurs, déplacent les débats vers le dub, qui reste quand même une des références assumées du groupe, comme l’atteste Tomorrow begins today qui aurait pu être enregistré à Studio One. Le hip hop est aussi bien présent avec l’efficace Round Up qui montre une lourdeur presque East-coast. Pourtant on pourrait regretter par moment le flow nerveux et incendiaire de Master D, tachtcheur attitré des premiers albums du groupe.

Mais la recette mise au point par les piliers historiques du collectif, à savoir Dr. Das, Chandrasonic et Pandit G, fonctionne toujours à merveille dans ce cinquième opus. Pour les ignorants, il s’agit d’un savant mélange de beats modernes (jungle, dub, hip-hop) de guitares et basses électriques et de musiques hindoues. Take back the power est le parfait exemple du son ADF. Assaisonnez le tout d’un engagement politique fort dans les textes et dans la démarche artisitique et vous obtiendrez un groupe unique en son genre qui mérite le respect. Dont acte.

Chroniqueur