"> Bass Drum Of Death - Rip This - Indiepoprock

Rip This


Un album de sorti en chez .

5

Un rock simpliste est un rock efficace mais rapidement redondant...

Bass Drum Of Death c’est à l’origine du garage pur et dur, des titres cours et nerveux. Un groupe qui hume bon le tabac froid, les cheveux longs pas lavés et le cuir, presque à en faire penser aux Ramones. Deux jeunes gens qui respirent le cliché « on fait de la musique parce qu’on est trop loser pour faire autre chose ». Une image parfaitement convenue soit, mais qui nous gratifie souvent de bien belles rencontres, comme ce fut le cas avec le groupe qui va hanter ces quelques lignes.

Une chose est sûre, c’est que le succès relatif des précédents albums a crédité BDOD d’un minimum de notoriété qui par la même casse la logique des losers magnifiques. À juste titre donc, sans vraiment se perdre le groupe change de braquet et explore de nouveaux horizons, du moins passe la tête de l’autre côté de la fenêtre. Le ton est moins dur, avec une voix notamment qui évoque le timbre hautain désabusé, un brin arrogant d’un Liam Gallagher. Cette interprétation vocale plus fluide donne un accent FM, sous-jacent jusqu’ici, mais bien plus flagrant dans « Rip This ». Parallèlement, même si la résurgence de rythmiques punkisantes vient sporadiquement ponctuer l’album, l’heure est à un son plus heavy, les pieds campés au sol.

Petit hic dans tout cela, les deux amis ne sont pas non plus des orfèvres de la composition musicale, et quand ils vont s’acoquiner de nouvelles ambiances, cela s’apparente avant tout à un lissage, voir lessivage de leur garage rock suintant. On a au final à faire à un album de rock gentillet, assez proche des Subways, qui fera facilement hocher la tête ou conduire vite. À l’image des Britanniques, « Rip This » dégage un fumet de superficialité, du rock sans prise de tête en somme. Une chose en amenant une autre il n’y laissera pas une trace indélébile non plus, dans notre tête, si ce n’est de la pire des manières avec l’horrible Better Days, à la guitare sèche, n’est pas Cohen qui veut.

S’il ne devait en rester qu’un titre : Burn’s My Eye.

Webmaster

Tracklist

  1. Electric
  2. Left for Dead
  3. For Blood
  4. Everything's the Same
  5. Sin Is in 10
  6. Black Don't Glow
  7. Burn's My Eye
  8. Lose My Mind
  9. Better Days
  10. Route 69 (Yeah)

La disco de Bass Drum Of Death