"> Ben Frost - Aurora - Indiepoprock

Aurora


Un album de sorti en chez .

7

Nouvel album rime toujours avec nouvelles prises de risques et nouveaux terrains de jeux pour ce musicien qui se plaît à sortir de sa zone de confort pour mieux repousser ses limites compositionnelles.

Même si Ben Frost n’en est pas à son premier coup d’essai avec « Aurora », il reste difficile de saisir tout le talent et la curieuse trajectoire tissée depuis maintenant quelques années par ce musicien qui ne cesse de surprendre et de se renouveler. Fruit de sa collaboration avec le photographe irlandais Richard Mosse en République Démocratique du Congo, il livre ici un disque plus sombre qui dénote par son traitement inhabituel du matériau rythmique.

Il faut dire que l’Australien s’est bien entouré, révélant une section rythmique au casting luxueux : ainsi Thor Harris (Swans/Sheerwater), Greg Fox (ex Liturgy) et Shahzad Ismaily (Secret Chiefs 3) sont invités à collaborer faisant de ce « Aurora » un véritable hymne à la brutalité aux allures d’un dancefloor désaffecté. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter l’explosion sauvageonne d’un Nolan parfaitement introduit par Flex, un morceau qui s’étire et gagne progressivement en texture comme pour mieux libérer l’énergie initiale de Nolan. Les contrepoints rythmiques de Venter sont eux aussi prodigieux, ils plongent lentement l’auditeur dans un état de transe et font s’accroître la tension.

Mais là où le compositeur surprend au final, c’est dans le chaos qu’il parvient à ériger et qui trouve refuge dans le contraste inlassable qu’il installe au fur et à mesure de l’œuvre. Les émotions se succèdent d’un extrême à l’autre passant par exemple sans contrainte de l’atmosphérique The Teeth Behind Kisses aux tumultueux Secant et The Diphenyl Oxalate, ce dernier laissant entrevoir un black métal lumineux.

Avec cet opus résolument synthétique et condensé où les émotions délivrées fluctuent, Ben Frost semble vouloir démontrer que le chaos peut être dompté. Le disque trouve sa cohérence et son originalité au sein même de son désordre musical et émotionnel latent. Que dire de plus si ce n’est qu’encore une fois ce trentenaire australien bouleverse les codes en vigueur pour mieux révéler toute son ingéniosité.

Chroniqueur

La disco de Ben Frost

Aurora7
70%

Aurora

Sleeping Beauty
0%
Solaris
0%

Solaris

The Invisibles
0%
Far
0%

Far

Black Marrow
0%

Black Marrow

By The Throat
0%
Steel Wound
0%

Steel Wound