"> Bonobo - Migration - Indiepoprock

Migration


Un album de sorti en chez .

8

Que faire lorsque la musique que vous faisiez il y a 10 ans s'impose dans le paysage musical, et que toute une génération marche dans vos pas ? "Migration", sixième album de l'anglais Bonobo, répond en 12 titres à cette question.

La musique électronique n’a jamais été aussi populaire et l’influence de Bonobo n’y est pas pour rien. Cet album arrive donc à un moment où le mélange entre voix samplées, sonorités planantes venues d’ailleurs, influences jazz, et beatmaking « à l’ancienne », s’est imposé à nos oreilles. On aurait donc pu craindre que le maitre se perde au milieu de ses élèves mais il n’en est rien. Avec « Migration » il opère, avec une extrême justesse, une mutation de son univers pour l’amener un ton au-dessus.

On retrouve alors toute la douceur, toute l’originalité, toute la subtilité de sa musique, notamment avec son travail sur les textures et les ambiances. Bonobo parvient à nous offrir encore une fois un voyage magistral tout en soufflant un vent de nouveauté éminemment rafraichissant. On découvre que sa musique n’est, chaque fois, « ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre », comme l’aurait écrit Paul Verlaine. Les percussions très organiques de ses albums précédents sont ici devenues plus électroniques, il continue aussi l’évolution qu’il avait entamée avec « Black Sands » vers une musique s’éloignant progressivement du Down tempo, le jazz s’efface aussi au profit d’une nouvelle et assez discrète influence techno concrétisée par exemple sur le très bon Outlier.

Cette influence est aussi présente sur No Reason, morceau ultra progressif et puissant, sur lequel se pose tout en douceur et en émotion la voix de Chet Faker devenu Nick Murphy. Car oui, pour ce voyage, Bonobo s’est encore une fois entouré d’artistes très intéressants. Il s’offre aussi la compagnie du duo dano-canadien Rhye pour un titre sublime rappelant parfois les sonorités de  « Black Sand » sans jamais tomber dans la redite.

Finalement, avec ce nouvel album, Bonobo conserve bien sa longueur d’avance sur ses jeunes poursuivants, grâce au renouveau qu’il apporte à son univers rêveur et audacieux. Avec « Migration », il s’éloigne encore une fois de la facilité pour proposer une musique riche où les détails foisonnent, où l’on perd pied sans cesse tant elle suscite l’envie d’évasion. Ils nous tarde désormais de vivre cette évasion encore plus intensément en live lors de sa tournée annoncée en mars, rendez-vous donc à Paris, Lyon ou Strasbourg pour un voyage que l’on espère à la hauteur de celui que nous venons de vivre.

 

Chroniqueur
  • Publication 1 185 vues16 janvier 2017
  • Tags BonoboNinja Tune
  • Titres recommandés Break Apart Outlier Surface Kerala No Reason
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Migration
  2. Break Apart
  3. Outlier
  4. Grains
  5. Second Sun
  6. Surface
  7. Bambro Koyo Ganda
  8. Kerala
  9. Ontario
  10. No Reason
  11. 7th Sevens
  12. Figures

La disco de Bonobo

The North Borders
0%
Migration8
80%

Migration

Animal Magic
0%

Animal Magic

Black Sands
0%

Black Sands

Days To Come
0%

Days To Come

Dial M For Monkey
0%