"> Boris - Akuma no uta - Indiepoprock

Akuma no uta


Un album de sorti en chez .

Japon, île en proie à d’incessants tremblements de terre et terre de rock?n’roll. Maintenant c?est acquis, puisque Boris est. Oublions l’attitude exagérée, au moins d’apparence, des membres restants de Guitar Wolf (le bassiste est récemment décédé), leurs disques étant d’ailleurs assez faibles, et mettons de coté les défunts Thee Michelle Gun Elephant. Les improbables Boris, […]

Japon, île en proie à d’incessants tremblements de terre et terre de rock?n’roll. Maintenant c?est acquis, puisque Boris est. Oublions l’attitude exagérée, au moins d’apparence, des membres restants de Guitar Wolf (le bassiste est récemment décédé), leurs disques étant d’ailleurs assez faibles, et mettons de coté les défunts Thee Michelle Gun Elephant. Les improbables Boris, eux, bastonnent comme rarement.

« Akuma no uta » est disponible depuis peu par chez nous. La pochette prouve l’érudition de ces grands amateurs de musique. Avec humour, le trio détourne le « Bryter Layter » du regretté Nick Drake : même couleur violette, même typo, même cheveux longs, même pompes délassées, sauf qu’ici la guitare n’est plus acoustique mais électrique et à deux manches. Autant « Bryter Layter » est un album folk subtile et riche en arrangements, autant « Akuma no uta » (chanté en japonais) propose (euh? impose) un gros rock graisseux joué de bout en bout dans le rouge, sans overdubs superflus. Pourtant, le titre introductif induit en erreur, puisqu’assez éloigné de la suite : d’un drone crépusculaire et lancinant, on passe à un rock érigeant Motorhead, The Melvins et The Stooges au rang d’icônes. Fuzz, chant éructé, batterie frénétique sans réverb?, saturation générale du son’ tout en pleine poire avec les soli hystériques de rigueur. Qui attendait un tel disque de nos jours ?

Ajoutons à cela une ballade malade et psychédélique et un instrumental éponyme final nous rappelant les heures passées à écouter Kyuss (enfin, peut-être pas pour tous nos lecteurs..) et le disque nous laissera successivement hagard, rigolard et surexcité. Jusqu’à la prochaine pression du doigt sur le bouton Play. Un peu plus fort, merci?

Chroniqueur
  • Publication 235 vues13 octobre 2005
  • Tags BorisSouthern
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Introduction
  2. Ibitsu
  3. Furi
  4. Naki Kyoku
  5. Ano Onna No Onryou
  6. Akuma No Uta

La disco de Boris