"> Bow Low - Happy Hunting Undergrounds - Indiepoprock

Happy Hunting Undergrounds


Un album de sorti en chez .

7

Entre le salé de la gastronomie locale et le sucré des ondes britaniques proches, la scène indépendante caennaise a choisi sont camp...

Entre le salé de la gastronomie locale et le sucré des ondes britanniques proches, la scène indépendante caennaise a choisi son camp. En chef de file, au même titre que les Gomina, Bow Low a clairement pris le virage de la pop anglaise. Fort d’un line up en partie renouvelé, le groupe a ouvert cette année 2015 avec ce « Happy Hunting Undergrounds » sûr de son fait avec 4 titres léchés, traversés par une production des plus travaillées.

L’EP démarre avec son titre éponyme, morceau qui tente de suivre un fil pop malgré les multiples culbutes psychés qui vont le bosseler de tout son long. On obtient au final un hybride du plus bel effet, une sorte de boeuf entre les Liminanas et Damon Albarn. « Happy Hunting Undergrounds » est un vrai tube en puissance, moderne, original sans jamais perdre de sa simplicité.

Le Kabuli Dance qui suit rappelle à nos bons souvenirs les 72 virgins. Le genre de pop dansante imparable qui vous fera passer pour le mec à part en soirée.

Artemis elle, forte d’une vague atmosphère théâtre d’avant-garde associée à une instrumentation joyeusement vanillée, nous évoque un Magma qui aurait calmé ses ardeurs orchestrales, sous le soleil d’Hawaï. Ce titre, plus que ses compagnons, méritera et nécessitera plusieurs écoutes pour en percevoir l’ensemble des facettes. Futile et légère en apparence, la chasseresse sauvage de l’EP devient vite tant mystérieuse qu’insaisissable et par la même particulièrement intrigante.

À son tour, Beelzebub vient nous livrer son univers. On aura plus de mal à percer justement cette vérité, très produite, les secondes s’égrènent sans ruptures dans un détachement flegmatique très british.

Bow Low avance donc dans sa carrière avec un EP qui les rapproche d’une identité plus marquée. Il reste clair que malgré quelques incartades, ce « Happy Hunting Undergrounds » s’adresse plus aux adeptes des Damon Albarn, Eugene Mc Guiness ou Brian Eno qu’aux passionnés de rock, punk ou blues. Le travail de fourmis entrepris en studio a tendance parfois à étouffer les aspérités curieuses des compositions. De plus, l’unité ne semble pas avoir présidée à la conception de l’EP, l’effet compile étant flagrant. En dehors de cela on a affaire à un monde dense et des ambiances particulièrement étudiées.

On aurait presque tendance à souhaiter une musique plus directe tant on perçoit un univers foisonnant et une harmonie de groupe qui fait vraiment la différence sur ces quelques titres.

S’il ne devait en rester qu’un titre : Artemis.

Webmaster

Tracklist

  1. Happy hunting underground

La disco de Bow Low