"> Burial - Untrue - Indiepoprock

Untrue


Un album de sorti en chez .

7

La rumeur enfle depuis plusieurs semaines : héraut d’un obscur style musical (le dubstep, ça ne s’invente pas), l’anglais Burial serait le nouveau miracle musical anglais, et probablement la meilleure découverte depuis le fil à couper le beurre ; quant à son second album “Untrue”, il aurait de multiples vertus, parmi lesquelles celle de guérir […]

La rumeur enfle depuis plusieurs semaines : héraut d’un obscur style musical (le dubstep, ça ne s’invente pas), l’anglais Burial serait le nouveau miracle musical anglais, et probablement la meilleure découverte depuis le fil à couper le beurre ; quant à son second album “Untrue”, il aurait de multiples vertus, parmi lesquelles celle de guérir la lèpre et de bouleverser durablement ses auditeurs. C’est donc précédé d’un buzz certes laudateur, mais incitant de ce fait à la circonspection, que « Untrue » débarque sur nos platines. La vérité, comme souvent, est à trouver ailleurs.

De prime abord, la curiosité se mue en enthousiasme : avec ses voix triturées, manipulées à l’extrême jusqu’à la déshumanisation totale, avec aussi une ligne mélodique troublante de beauté inquiète, Archangel ressuscite effectivement une forme de langueur angoissée, de désespoir urbain que l’on n’avait que trop peu croisé depuis le Unfinished Sympathy de Massive Attack.

Par la suite, « Untrue » propose de très beaux moments (Etched Headplate, Ghost Hardware), basés sur une formule invariable : rythmes complexes et indansables, syncopes paroxystiques, voix vocoderisées jusqu’à la caricature, nappes sonores synthétiques conçues comme autant de plaques dont Burial orchestre la tectonique : cette musique est à la fois physique et mathématique, à la fois robotique et humaine.

« Untrue » évoque régulièrement le souvenir de l’aridité exigeante et rigoureuse du Photek de « Modus Operandi ». La présence continue d’un fond sonore fait de craquements et de crachotis place définitivement l’ensemble un peu au-delà du réel, comme une transmission extraterrestre captée par hasard sur un poste de radio antédiluvien. On veut croire, et la plupart du temps on y parvient sans peine, mais même les plus obstinés des Fox Mulder de la critique indiepopeuse ont leurs crises de foi : « Untrue » est un très bon album, mais il pêche parfois par trop d’hermétisme, trop d’abstraction. Le propre du génie n’est pas forcément d’être incompris…

Chroniqueur
  • Publication 412 vues21 janvier 2008
  • Tags BurialHyperdub
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Untitled
  2. Archangel
  3. Near Dark
  4. Ghost Hardware
  5. Endorphin
  6. Etched Headplate
  7. In McDonalds
  8. Untrue
  9. Shell of Light
  10. Dog Shelter
  11. Homeless
  12. UK
  13. Raver

La disco de Burial

Burial
0%

Burial

Untrue7
70%

Untrue