"> Clues - S/t - Indiepoprock

S/t


Un album de sorti en chez .

En pleine vogue des groupes de Montréal, au milieu de la décennie, les projecteurs avaient à peine eu le temps de se braquer sur les Unicorns que déjà, ils n’existaient plus. Alden Penner, leur tête pensante, n’a pourtant pas rendu les armes et revient aujourd’hui avec Clues, en compagnie de quelques compères de la scène […]

En pleine vogue des groupes de Montréal, au milieu de la décennie, les projecteurs avaient à peine eu le temps de se braquer sur les Unicorns que déjà, ils n’existaient plus. Alden Penner, leur tête pensante, n’a pourtant pas rendu les armes et revient aujourd’hui avec Clues, en compagnie de quelques compères de la scène canadienne et un album enregistré au fameux Hotel 2 tango après que la troupe se soit rôdée sur scène. 

Si, dans la formule, Clues n’a rien inventé, ce disque s’affirme très vite comme une exploration des champs des possibles avec une voix, une guitare, une batterie et deux trois petites choses autour. Mais à aucun moment il n’apparaît comme un pensum cérébral ou foutraque. Car Clues est avant tout un groupe qui met le plaisir en avant, qui privilégie l’urgence et est bien décidé à s’attaquer aux jambes et aux hanches de ses auditeurs, sans jamais se disperser. Ainsi, si Haarp part dans trois directions différentes, toutes sexy en diable,  en trois minutes, c’est à la fois une profession de foi et une fausse piste. Avec Approach the throne, les canadiens balancent un véritable hymne post-punk, morceau fédérateur comme on en a pas entendu depuis bien longtemps, qui ferait pogoter un grabataire, nous rentre immédiatement dans la tête et ne nous lâche plus. Ailleurs, un peu à l’image des White stripes, en moins référencé, Clues brode autour d’échanges guitare-batterie, notamment sur l’impeccable Cave mouth, et démontre une fibre à la fois mélodique et sauvage, indomptée. Même constat avec Perfect fit, à l’exception que cette fois le piano remplace la guitare pour une polka effrénée. Sur Ledmonton, le refrain taillé pour être repris en choeur lance le morceau dans un final épique qui convoque l’esprit des également éphémères mais cultes Neutral Milk Hotel. 

Mais Clues sait également calmer le jeu, se faire séduisant. Certes, sur You have my eyes now, le groupe se lance dans une ballade suave pour mieux y mettre le feu, mais à plusieurs reprises, notamment les superbes Elope et Let’s get strong, Alden Penner joue de sa voix atypique, qui fait parfois penser à Jonathan Donahue période "Deserters’ songs" pour habiller des compositions qui puisent autant dans le psychédélisme que le folk. Clues nous livre donc un premier album qui en fait une des grandes révélations de cette année, un disque libre, ample sur le fond, concis sur la forme, véritable creuset d’influences et qui pourrait bien s’inviter un peu partout cet été. Il serait en effet surpenant que les qualités de ce groupe les confinent à la discrétion.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Blue's Clues & You Theme Song

La disco de Clues

S/t
0%

S/t