"> Colin Clary - The only boy in town - Indiepoprock

The only boy in town


Un album de sorti en chez .

Un rapide coup d’oeil à la pochette du disque de Colin Clary pourrait laisser penser que pour le jeune homme, la terre a arrêté de tourner en 1967. Il n’en est rien. On s’aperçoit en effet rapidement que l’influence de groupes tels que les Smiths ou Belle et Sebastian est très (trop?) forte. En 11 […]

Un rapide coup d’oeil à la pochette du disque de Colin Clary pourrait laisser penser que pour le jeune homme, la terre a arrêté de tourner en 1967.
Il n’en est rien. On s’aperçoit en effet rapidement que l’influence de groupes tels que les Smiths ou Belle et Sebastian est très (trop?) forte.
En 11 titres, Colin nous invite donc à une visite très personnelle de la pop faite à la maison.
Pour cela, il a ressorti sa guitare acoustique qui fait croin croin, un orgue qui patientait probablement au fond de son garage depuis des lustres et d’autres instruments (percussions, flute…) tenus par trois de ses amis.
Le résultat est un album charmant, plutôt low-key et dépouillé, aux mélodies simples et attachantes. Ce disque s’écoute bien mais peut lasser. En effet, le son de la guitare de Colin, omniprésente, est vraiment cheap. Il chante comme Stuart Murdoch de Belle et Sebastian, mais.. en moins bien. Enfin, on peut regretter l’absence systématique de basse et de batterie (sauf sur le premier titre), qui auraient pu égayer certaines compos un peu ternes. Le premier titre, qui est le plus rapide et le plus 60’s, est certainement le meilleur. La reprise de « please, please, please, let me get what I want » des Smiths est à éviter, car elle sonne comme l’originale mais.. en beaucoup moins bien ;).
Malgré ses quelques défauts, la musique de Colin Clary possède le charme d’une l’indiepop comme on dit qu’il ne s’en fait plus. Il possède de réelles qualités de songwriter, il est dommage que ses pop songs manquent un peu de peps…

Chroniqueur

La disco de Colin Clary